19/02/2010

Pour que vive le cèdre d'Ikea !

A la route de Vernier, les grues s'élancent vers le ciel et les pelleteuses creusent toujours plus profond le trou béant où viendra s'implanter le futur centre d'Ikea. Coincé entre la route et le chantier qui émerge de terre, un bouquet d'arbres a miraculeusement échappé aux tronçonneuses. Parmi eux, un cèdre majestueux déploie sa silhouette imposante et rivalise de hauteur avec les constructions humaines. Dans le chaos du trafic incessant, entre béton et bitume, les planificateurs ont réussi à lui accorder la vie pour notre plus grand bonheur. Nous l'imaginions déjà, immense, souligner d'un vert vivant le bleu métallique du nouveau temple de la consommation. Rêve fou ? Espoir bientôt déçu ? Ne sera-t-il pas bientôt abattu comme tant d'autres pour cause de blocage inacceptable de voie publique ?

Je regarde chaque jour cet arbre et je suis inquiète sur son avenir. J'aime ce cèdre symbole de vie, lien mémorable entre passé et présent, marque immuable dans un paysage changeant. Il résiste aux assauts de l'urbanisation depuis près d'un siècle, et je n'ai pas envie de le voir disparaître en 2010, transformé en étagère ou en bois de chauffage.

Architectes, concepteurs et aménagistes, en cette année mondiale de la biodiversité, conciliez votre discours planificateur à vos actes sur le terrain, faites preuve d'imagination, construisez en intégrant la nature à notre environnement. Plutôt que de nous servir du reverdissement post mortem, préservez un arbre séculaire bien vivant et vigoureux, laissez-nous notre cèdre de bienvenue à Vernier !

Article paru dans le journal Actualités Vernier de février 2010

PS suite à l'article de la tribune de Genève du 19 février "La route de Vernier s'élargira pour Ikea"

"Au début on était inquiet. Mais sur la base des chiffres et avec les mesures envisagées, le surplus de trafic pourra être absorbé"  dixit la direction générale de la mobilité (DGM). Les conceptions de la DGM sont toujours aussi déconnectées de la réalité du terrain. Si le cèdre survit au chantier, il servira au moins à attacher un observateur de la DGM afin qu'il puisse effectuer le suivi de son plan de mesures in vivo. Les automobilistes habitant Vernier qui empruntent la route du Nant d'Avril sont verts de rage, rient jaune et voient rouge.

16:54 Publié dans Nature | Tags : ikea, cèdre, mobilité, vernier | Lien permanent | Commentaires (4)

13/02/2010

Quand les roses de la Saint Valentin font mourir un lac au Kenya

En achetant une rose, à la St Valentin, on ne pense qu'à l'être aimé, au bonheur du présent. Qui songe au parcours de la rose, à la portée du geste multiplié des millions de fois, au sol africain assoiffé par l'amour que nous portons à l'autre ? La St Valentin, c'est aussi un marché, la plus grande enchère mercantile florale, alimentée par 300 millions de fleurs qui transitent par la Hollande. Quelque soit sa provenance, la rose est achetée aux enchères à Amsterdam et se retrouve sur nos étalages avec la mention "Origine Pays Bas". Avec sa main d'oeuvre bon marché, la floriculture est en plein boom au Kenya, et les fleurs de nos marchés proviennent en grande partie des fermes industrielles de la région du lac Naivasha. A cause des pompages excessifs d'eau pour la culture de fleurs, le lac  a perdu en vingt ans la moitié de son volume d'eau. La population qui ne cesse d'augmenter attirée par l'aubaine économique et s'entasse dans des bidonvilles. Les rejets d'eaux usées, de fertilisants et de pesticides rendent les eaux du lac putrides, les animaux sauvages sont assoiffés, les plantes indigènes étouffées. Dans dix ans, comme hélas tant d'autres lacs africains (Tchad) il n'en restera plus rien. Lac Natron, Naivasha, la ferme au pied de Ngong Hills, qu'il est loin de temps des souvenirs d'Afrique comme le rappelle Caroline Depecker dans le Temps du 13 février 2010.

Pour en savoir plus http://www.infosdelaplanete.org/4401/kenya-les-fleurs-du-...