25/03/2010

Kadhafi piège l'Europe sur tous les t(h)ons

A l'instar de ces pauvres poissons, l'Europe et la Suisse avec, s'engouffre dans les filets tendus coups après coups par le guide du désert. Les poissons ne peuvent sans doute pas anticiper le triste sort qui les attend, mais nous, nous nous engouffrons vers la nasse en espérant que les méthodes diplomatiques nous en sortiront car nous croyons encore à l'Etat de droit. A postériori, peu de choses nous distinguent du thon si ce n'est notre extraordinaire capacité d'analyser après coup comment le piège a fonctionné. Qu'il s'agisse de la chasse d'une espèce menacée ou de l'offensive sur notre petit pays, les intérêts financiers à court terme l'emportent sur les valeurs et les principes, l'Europe s'agenouille, la Suisse se couche.

A travers cette avalanche d'attaques sur notre pays , la démonstration est faite que nous sommes toujours seuls face à notre destin, que la solidarité des peuples ne résiste pas à la cruelle avidité du gain et qu'en cas de coup dur, le chacun pour soi prévaudra toujours.

Tandis que le dernier poisson sera pêché, nous suivrons sans doute l'émission spéciale qui retransmettra l'évènement, attablé devant un poisson pané. Totalement connecté au monde entier, totalement déconnecté de la réalité.

08:48 Publié dans Politique | Tags : thon, shengen, visas, otages, suisse | Lien permanent | Commentaires (2)

23/03/2010

Mark Muller fait de la politique, et au diable les grenouilles

Le maintien des couloirs de migration de la faune sauvage est un des grands défis qui attendent l’aménagement concerté du territoire de l’agglomération genevoise.  En effet, la fragmentation du territoire due à l’urbanisation croissante de notre région menace plus que jamais ces corridors de déplacement entre lieux de vie, de reproduction ou de nourrissage. Il en va de la survie des espèces sauvages terrestres et aquatiques.  Grande et petite  faune peinent de plus en plus à se déplacer et même à vivre en toute sécurité (et elles ne sont pas les seules...). Au retour des beaux jours, c’est le massacre : crapauds, grenouilles et hérissons se font écraser par milliers sur nos routes, faons et lapereaux sont débusqués par les chiens non tenus en laisse, oisillons et lézards croqués par nos chats. Pas un endroit de tranquillité pour fonder une famille ou se reposer tout simplement. Si la sève du printemps nous démange, nous fait tourner la tête, d'autres la perdent carrément.

Mark Muller, notre conseiller d’Etat en charge de l’aménagement du territoire et des constructions fait de la politique. Pas celle d’une autorité compétente et respectueuse des lois qu'il est censé incarner. Non, celle qui, fait fi du bon usage des deniers publics, qui se fiche des préavis de services responsables, et qui passe par-dessus sa propre police des constructions. En autorisant au mépris de la loi, l’installation de Canidos (parkings, bruits et lumières nocturnes compris) à Sauverny, en pleine zone agricole, sur un corridor biologique d’importance nationale, pile poil à côté de la réserve naturelle, Mark Muller ne se fiche pas seulement des grenouilles et autres pauvres bêtes. Il se fiche aussi des citoyens qui respectent les procédures, des agriculteurs qui n'utilisent pas n'importe comment la zone agricole, des éducateurs canins qui dans leur immense majorité parviennent sans problème à exercer leur métier sans enfreindre la loi. Se faisant, il perd toute crédibilité par rapport au projet d’agglomération dont il est sensé être le porteur responsable et fiable au niveau cantonal.

Si certains croient encore que tous les crapauds peuvent devenir des princes charmants, moi j'y crois plus du tout !

Voir la Tribune de Genève du 23 mars 2010

Délocalisons l'incarcératiom

Notre canton frontière, qui plus est, riche, attise les convoitises comme l'actualité des brigandages, braquages et cambriolages en tout genre ne cessent de le démontrer. Les peines encourrues, en cas d'arrestation, et nos prisons même surpeuplées  sont moins dures, beaucoup moins dures que dans la plupart des autres pays. Tant qu'à risquer l'arrestation, autant que ce soit ici plutôt qu'ailleurs... ce n'est pas demain la veille que Champ Dollon désemplira. Pour devenir moins "attractif" il est donc indispensable de durcir le code pénal au niveau fédéral, et j'appelle nos parlementaires nationaux à travailler rapidement dans ce sens pour soulager Genève. Mais combien de temps faudra-t-il pour ce changement législatif ? Et pour ce qui est des structures d'incarcération, oui, il faut en construire davantage, mais on sait à quel point la construction est un processus lent et complexe à Genève.

En attendant, ne pourrait-on pas utiliser pour les personnes jugées, les infrastructures disponibles ailleurs en Suisse (Tessin, Valais) et pourquoi pas, même au delà de nos frontières nationales. Quant on sait ce que coûte un détenu à Genève, où il faut 1 surveillant pour 2 détenus, on aurait tout avantage à passer des accords  avec d'autres pays pour désengorger nos prisons et par la même occasion, rendre ainsi le séjour potentiel  certainememt moins "agréable".

 

21/03/2010

Genève, Jeune Eve, Schön Eve ....

Voici le printemps qui revient et Zébulon, mon hérisson frippon, se réveille et lit la tribune de Genève.

Il  y découvre coup sur coup le nouveau logo et le nouveau slogan de Genève Tourisme, ainsi que la nomination du nouveau directeur de Genève Tourisme, Philippe Vignon, en remplaçement de François Bryand.

GE monde en soi.jpg

Au vu du logo et du slogan trouvé pour la modique somme de CHF 200'000.- (oui, vous avez bien lu ...) par une société privée, Zébulon était mort de rire et a décidé de créer sa propre agence de publicité, Sushi & Sushi, capital de départ 3 limaces, 2 neurones et 5'000 piquants.

Il souhaite au nouveau directeur de Genève Tourisme un "brillant" avenir pour promouvoir l'image de notre cité canton monde genevois.  Il lui faudra bien du courage et des efforts pour remettre en selle le seul office de tourisme du monde capable de choisir un logo et un slogan acratopèges (soit sans qualités particulières).

D'habitude, on utilise plutôt ce terme pour qualifier une eau de boisson, vu que ce que l'on recherche c'est qu'elle soit incolore, inodore et sans saveur. Est-ce la référence à l'eau du jet d'eau qui a poussé à ce subtil choix ? Ou peut-être un vieux relent de calvinisme, refusant tout ce qui pourrait sembler un tant soit peu ostentatoire ... On l'aurait encore compris comme slogan pour les banquiers privés genevois, dont la discrétion est légendaire, et comme l'argent n'a pas d'odeur et qu'il devient de plus en plus blanc ... Mais pour attirer le touriste, on cherche encore ....

Zébulon s'est donc mis au travail et s'est lancé dans un "remue-piquant" (ou pic storming, sa manière à lui de réfléchir). Sa conclusion immédiate, simple et évidente est qu'il faut dynamiser l'image de Genève en revenant aux fondamentaux de la publicité :

1. Offrir du rêve et de l'émotion

2. Une  jolie fille, ça fait toujours vendre

3. De l'humour

Il vous offre le résultat de ses cogitations, qui a l'avantage de pouvoir se décliner sous de nombreuses formes :-)

GE un monde en soie.jpg




(Toute ressemblance avec un calendrier de lingerie féminine connu et la revue genevoise n'est pas le fait du hasard, avec l'apport d'une photo libre de droits de Madgeographer)