22/06/2010

Cétacé, le huis clos n’augure rien de bon

Le huis clos, au lieu de calmer les esprits ne fait que les échauffer. On l’a vu vendredi à Genève pour l’affaire Kadhafi. J’ai naïvement pensé que le huis clos avait été décidé par les chefs de groupe pour éviter de mettre de l’huile sur le feu en discutant ouvertement d’une motion MCG alors que l’affaire doit encore être jugée par un tribunal et que la partie peut avoir des conséquences très graves. Après avoir vécu ce huis clos et ses suites immédiates, force est de constater que l’objectif est loin d’être atteint. La discussion avortée en huis clos a laissé plus d’un parlementaire frustré et amer ; la déclaration du président, au nom de tous soi disant, mais dont nous n’étions pas au courant, nous a laissé pantois. La méthode n’a pas fait taire le MCG, bien au contraire, on n’a pas fini de laver notre linge sale sur la place publique. Vendredi, la démocratie directe à pris un sale coup, Kadhafi est bien le seul qui doit en rire.

Reste à espérer que les cétacés, dont la chasse se décide à huis clos aujourd’hui lors de la 62e session de la commission baleinière, aient pour les défendre des partisans aussi pugnaces que certains de nos politiques à Genève. Personnellement je leur enverrai bien notre « Stauffer », quitte à risquer la guerre de la baleine avec le Japon, la Norvège et l’Islande.

Les commentaires sont fermés.