19/07/2010

Un cluster de medtech... les termes sont anglo saxons, les entreprises, appartements et jobs aussi !

Un francs suisse stable, une économie florissante, des conditions fiscales attractives, des charges sociales raisonnables, un cadre de vie agréable situé au centre le l’Europe et relié au monde entier. Notre magnifique région n’est pas prête de perdre l’immense popularité dont elle jouit. Quoi qu’on en dise, nos atermoiements sur les minarets, notre non adhésion à l’Europe, nos projets d’agglo et autres « genevoiseries », le monde s’en fout, seul le business compte.

Un cluster de medtech extrêmement performant, derrière ces mots tirés d’un article de la Julie du 19 juillet, se cache une région, la nôtre, devenue la référence mondiale en matière de technologies biomédicales innovantes. La liste d’attente des entreprises souhaitant s’installer se décline en dizaines, les emplois en centaines et le chiffre d’affaires en milliards. Idem pour les commodities , le trading, etc.

Il ne faut pas se leurrer, si les termes sont anglo-saxons, les entreprises, les appartements et les jobs le seront aussi ! Depuis le début de l’année, le nombre de permis frontaliers accordés a augmenté de 300% (440 au premier semestre 2009 contre 1’300 en 2010). Quant à la population résidente, elle a augmenté durant ce même premier semestre 2 x plus vite qu’en 2009, qui explosait déjà les records et pas à cause des naissances ! Alors, quand le gouvernement dit qu’il veut doubler le nombre de chômeurs placés par l’Etat et construire du logement pour les genevois, c’est un miroir aux alouettes où seuls quelques pigeons se verront plumés de leurs derniers deniers.

Commentaires

Elle n’a pas encore 40 ans, elle a occupé un poste à responsabilité dans l’import-export, elle parle bien évidemment l’anglais, son parcours professionnel est impeccable. Elle était assise en face de moi, aujourd’hui, à la première séance organisé par un professionnel du retour à l’emploi.
Christina Meissner a parfaitement raison : l’attractivité de notre canton ne procurera que peu d’emplois aux résidants genevois. Avec pour corollaire une raréfaction du logement, si cela est encore possible…

Écrit par : Eric Bertinat | 19/07/2010

Très juste Christina !

Il y a comme une incohérence entre le nombre de personnes en recherche d'emploi à Genève et le nombre de permis délivrés. Ainsi, tant les nouvelles places de travail créées que les places (devenues) vacantes ne sont, si l'on s'en remet au triste taux de chômage genevois, que rarement pourvues au sein du réservoir des nombreuses compétences locales...cherchez l'erreur (?).

Amitiés
Valérie Cuenca

Écrit par : Valérie Cuenca | 20/07/2010

Les commentaires sont fermés.