12/11/2010

Le syndrome genevois

Le syndrome genevois c'est un mélange entre 2 fables: la grenouille qui voulait se faire plus grosse que le boeuf et Perette et le pot à lait.

Genève veut tout et encore plus : les organisations internationales, les multinationales, les cleantechs, les hedgefunds, le centre du cerveau, etc.

et pour les obtenir Genève échafaude toutes sortes de plans sur la comète :

  • Réaliser le CEVA implique de déplacer l'OCAN (service des autos), mais l'espace qu'on préconise est déjà convoité dans le cadre d'un autre projet, le PACA Bernex, et pour réaliser cette urbanisation (logements), il faudra déplacer le stand de tir (et la décharge cantonale aussi peut être ?)... et pour les mettre où ?
  • Réaliser le PAV (Praille Acacias Vernets) implique de déplacer les entreprises qui s'y trouvent pour les mettre ailleurs. Mais comme les zones industrielles sont saturées, il faudra en  créer de nouvelles. Mais pour faire ces dernières, il faudra déclasser la zone villas (comme à Vernier) ou la zone agricole (comme à Colovrex ou aux Cherpines).
  • Pour réaliser le centre du cerveau, il faudra déplacer le dépot TPG,...
  • Et je ne mentionnerais pas l'Usine à gaz, qui porte si bien son nom.

Et comme on veut tout faire, partout, pour hier, on se prend les pieds dans le tapis: oppositions, pétitions ou référendum à la première occasion, par manque de concertation et... de retards en recours, les coûts prennent l'ascenseur, (scénario optimiste) ou tout l'édifice s'écroule (scénario pessimiste). Est-ce seulement en matière d'aménagement du territoire que le syndrome frappe ? Hélas non, pour le procès de la BCG, on s'est aussi pris les pieds dans le tapis, comme auparavant avec la loi sur les chiens, la loi sur la fumée, le procès Mikhailov ...

On dit que l'histoire ne se répète jamais mais quelquefois elle repasse les plats et à Genève, on est imbattable pour y mettre les pieds.

Je fais le pari que dans les 5 ans, qui viennent, cette fuite en avant effrénée et aveugle se terminera dans le mur pour une cause ou une autre, par exemple la bulle immobilière qui finira bien par nous éclater à la "gueule". Vu sa taille à Genève, ça risque de faire mal. Mais pour l'instant on avale, on avale jusqu'à l'indigestion.

A Genève, le problème c'est qu'on ne tient compte que de l'objectif ou de l'objet et non du processus, il est pourtant un facteur essentiel de réussite.

Note inspirée par la journée du logement organisée le 11 novembre ou le maître mot de Mark Muller était "accélérons" !

 

09:59 Publié dans Politique | Tags : croissance, crise | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

A Genève, comme partout ailleurs, on veut aussi que tout le monde soit raisonnable, qu'il n'y ait pas trop d'agitation, notamment dans les esprits, et on prédit de grosses catastrophes toutes proches, soit parce que les gens s'excitent en parlant, soit parce que tout ne se passe aussi facilement que dans les paroles, dans les faits. Vouloir tout à la fois est relativement normal, les recours sont aussi un moyen de calmer les choses et d'assainir le rythme, en fait, j'ai un peu de mal à voir ce qui ne va pas, Genève gagnant pas mal d'argent.

Écrit par : RM | 12/11/2010

Tout ne se passe PAS aussi facilement.

Écrit par : RM | 12/11/2010

Et le taux de change CHF/dollar était notre fossoyeur (pessimiste) ou notre sauveur (optimiste)?

Écrit par : charly schwarz | 12/11/2010

Les commentaires sont fermés.