16/11/2010

Entre grand banditisme et multinationales, seule la légalité des pratiques diffère

Impossible de faire accomplir une tâche sociale à un détenu pour payer sa dette envers la société, ou de contraindre un chômeur à accepter un travail rémunéré. Agir de la sorte est assimilé à du travail forcé et donc contraire aux Droits de l'Homme ou Droits humains comme on dit aujourd'hui.

Attirer des entreprises à coup de conditions fiscales alléchantes, laisser ces dernières engager du personnel,  venu d'ailleurs, pour fermer ensuite boutique et lâcher les travailleurs sur le pavé, c'est humain, légal et même couramment pratiqué. Privatiser les bénéfices et socialiser les pertes, on n'a pas fini de pleurer l'incohérence de notre société....

Marre de payer des impôts tandis que d'autres se tirent avec l'argent.  Marre des multinationales qui, comme DHL, engrangent le blé et larguent les amarres, et ceux qui bossent avec. Entre grand banditisme et multinationales, seule la légalité des pratiques diffère.

 

Commentaires

Quel plaisir de vous lire chère collègue !

Vos lignes me rappellent ce personnage de Platon, Gorgias, dans la rhétorique et les sophistes : Au service du beau : est-ce à dire au service du vrai ?

Dans l'Eloge d'Hélène, Gorgias dit :

Lorsque le gens n'ont pas la mémoire du passé, ni la vision du présent, ni la divination de l'avenir, le discours mensonger a toute les facilités.

Écrit par : Le Plébéien | 16/11/2010

Les commentaires sont fermés.