19/11/2010

Quand le parlement fait le jeu des promotteurs à l'insu de son plein gré

 

Le rapport de de la commission ad hoc du Grand Conseil, terriblement succinct pour un tel changement de politique sur les zones de développement, le manque de curiosité des députés, allié à un mutisme suspect ont de quoi laisser coi !

La « petite » modification acceptée en commission puis en plénière sans broncher, à savoir la modification de l'art 2 al1 lettre b de la loi générale sur les modifications de zones (LGZD)  propose que pour les objets à édifier dans les périmètres de développement de la 5e zone résidentielle l'art 5 ne soiit plus applicable.

Or l'art 5 lettre b de la dite loi stipule que les bâtiments d'habitation destinés à la vente dans ces périmètres répondent, à un besoin prépondérant d'intérêt général. Mais voilà, cet article ne s'appliquera plus.

Les objectifs de la LGZD ne seront donc plus atteints. Comme le rappelle le DCTI lui-même dans le rapport, les objectifs cette loi sont des objectifs sociaux, à savoir de favoriser la mise sur le marché de logements d'intérêt général et non pas de construire de l'habitat groupé ou villas, à des prix exorbitants qu'aucun genevois ne peut se payer.

Que la droite travaille pour la promotion immobilière passe encore, mais que la gauche s'y mette aussi, ne laisse vraiment plus d'espoir pour les genevois sans toit.

 

 

16:10 Publié dans Politique | Tags : constructions | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Vous êtes sûre que ce n'est pas le contraire? Si j'ai bien compris, jusqu'à présent dès lors que le prix ne répondaient pas à un besoin prépondérant, en raison de la flambée du marché immobilier, la vente des villas étaient impossible. Quelle était votre solution pour sortir de cette situation bloquée?

Écrit par : JF Mabut | 20/11/2010

Hélas, Cher Monsieur Mabut, c'est plus compliqué, nos lois sur les constructions sont touffues et même les députés s'y sont perdus. Soustraire, la zone 5e zone résidentielle aux contraintes de la LGZD, n'aide que peu le propriétaire habitant sa villa. Ce dernier, souhaite surtout y couler des jours heureux et n'a que rarement pour objectif de vendre pour construire sur sa parcelle, cet objectif est surtout poursuivi par les promoteurs immobiliers... Vous saisissez ?

Écrit par : christina meissner | 23/11/2010

Les commentaires sont fermés.