12/07/2011

Pour des enfants désirés et assumés

L'initiative pour ne plus payer le remboursement de l'avortement vient d'aboutir et celle Pour les familles de l'UDC aussi. Je suis contre la première et pour la deuxième. D'aucun y verront une contradiction majeure, moi pas. Je suis pour la famille désirée et assumée.

Dans la plupart des pays du monde, la femme n'est bonne qu'à faire des enfants et rester à la maison. En Occident, et en Suisse tout particulièrement, nous avons, en tant que femme, la chance d'avoir reçu une éducation, d'avoir accès aux soins, à l'information et au monde du travail. Cela ne signifie pas pour autant qu'il appartient dès lors à la société de tout assumer. Cela signifie tout simplement que nous avons le choix, un choix qui, il est vrai aujourd'hui, est aussi une question de moyens. Mais les moyens que l'on n'a pas soi-même, est-ce vraiment à la société de les assumer ? La crèche, l'instruction publique, les activités parascolaires, etc. que l'on ait ou pas d'enfant, nous les payons tous et pour la majeure partie avec nos impôts.

Alors le premier choix, c'est au moins d'avoir des enfants désirés et le deuxième choix, c'est de s'assumer en tant que parent et de s'en occuper le plus possible soi-même.

Laisser venir au monde un enfant non désiré pour l'abandonner à d'autres ensuite, je préfère donner à la mère la possibilité financière d'avorter.

Déposer à l'aube le marmot à la crèche, trimer toute la journée, le reprendre 12 heures plus tard, l'affourager de malbouffe avant de l'installer  (et de s'installer soi-même) devant la TV ou de le laisser livré à lui-même. Tout cela pour recommencer, crevée, le même cycle, le jour d'après, n'est ni raisonnable, ni souhaitable pour l'équilibre de la famille comme pour celui de la société. Je préfère donner à la mère (ou au père d'ailleurs) la possibilité financière de rester à la maison.

Faire des enfants pour que d'autres les éduquent, je ne suis pas pour et je m'assume.

Il y a un an et demi déjà, j'écrivais un blog à propos de i. A cette époque, c'était le cri du coeur d'une femme pour que l'initiative avorte ! L'initiative a abouti et mes propos gardent tous leur sens, hélas... Voir le blog du 31 janvier 2010

Commentaires

Ce qui n'empéchera pas les avortements sous le convert de l'anonymat,beaucoup de femmes savent pratiquer ce genre d'acte sordide les faiseuses d'anges sont considérées comme une profession à part entière dans certains pays qui ont conservé cette coutume!

Écrit par : caramel | 12/07/2011

Ce n'est pas des allègements fiscaux, qui vont payer le loyer, les assurances maladies et les couches,....

Écrit par : Riro | 12/07/2011

Chère Xtina,

J'abonde exactement dans le même sens que toi !

Bon nombre de mères confient la garde de leur(s) enfant(s) à des tiers - nounou, crèche, etc - à contre-coeur et s'en vont travailler...pour payer les frais de garde (!). Franchement, se lever pour exercer un job "alimentaire", courir récupérer son gosse pour gagner - frais de garde et impôts déduits - trois francs six sous...je ne vois pas l'intérêt personnellement... !

Travailler ou élever son enfant doit demeurer un choix personnel et l'initiative de l'UDC permet ce choix. C'est une excellente chose !

Bien à toi
Au plaisir de te lire (encore et toujours :-)

Écrit par : Valérie | 12/07/2011

Bonjour Valérie,

Comment pouvez-vous affirmer "Travailler ou élever son enfant doit demeurer un choix personnel" ? Que faites-vous des familles qui n'arrivent pas à joindre les deux bouts ? Faut-il élever son enfant tout en mendiant dans la rue ? De nombreuses familles n'ont pas ce choix que vous préconisez. Et n'allez pas avancer des arguments liés à la voiture, aux vacances et autres loisirs. Les familles à faible revenus n'en bénéficie tout simplement pas. D'autre part, votre parti fétiche ne cesse de s'opposer à toutes améliorations sociales qui pourraient bénéficier aux familles à faible revenu. En fait, grâce à cette initiative, seules les familles ayant les moyens de ne vivre que sur un seul salaire pourraient bénéficier de ces avantages fiscaux.

C'est toute la contradiction de l'UDC. Une de plus.

Écrit par : Christian | 12/07/2011

L'initiative UDC, encore une fois, ne touchera pas les bonnes personnes.
A savoir que la classe moyenne, qui aurait bien besoin d'aide ne bénéficiera que de très peu de ces déductions, vu qu'elle n'a de toute manière pas le choix que d'aller bosser à deux.
Car même si la crèche engloutit une partie non négligeable du deuxième salaire, il reste tout de même un petit quelque chose qui est INDISPENSABLE pour beaucoup de monde.
Ensuite, les bas revenus, ne seront pas touché non plus par cette initiative, vu qu'ils ne paient déjà pas, ou très très peu d'impôts.

Encore une fois, l'UDC fait de la belle com, mais finalement n'aidera que les riches arriérés conservateurs qui ont déjà les moyens de garder Madame à la maison pour faire la cuisine à monsieur et s'occuper des enfants.

Écrit par : lefredo | 13/07/2011

Bonjour Christian,

Tout d'abord, je "n'affirme" pas, j'émets une opinion...la mienne...:-)
Disons qu'il s'agit d'un "souhait"...le terme vous choquera certainement moins.

Oui je souhaite(rais) que chaque mère - ou le père, l'un des deux..parfois la femme gagne mieux sa vie que l'homme..c'est rare mais cela existe - puisse choisir de confier son enfant à un tiers ou de s'en occuper.

C'est vous qui énumérez les thématiques voitures-vacances-loisirs...pas moi.

Reconnaissez tout de même que dans certains cas, bosser pour in fine payer la crèche et le surplus d'impôts ne relève pas d'un calcul "audacieux".
Néanmoins, je vous l'accorde, à l'heure actuelle il est souvent dur de vivre qu'avec un seul salaire, vu le prix des appartements, des assurances, etc..ou alors au prix de bien des concessions...trop peut être.

Bien à vous Christian et excellente journée

Écrit par : Valérie | 13/07/2011

Les commentaires sont fermés.