16/08/2011

Welcome to Geneva

Tandis que les forces publiques s'efforcent de maintenir l'image de Genève, que les contribuables genevois casquent et paient la facture,  l'ONU appelle à ne plus sortir seul la nuit et les malfrats de toute sorte se frottent les mains. Ils ne risquent pas grand chose et nos prisons jouissent d'une trop bonne réputation dans le milieu.

  • Agressé le 16 juillet, un mois plus tard, aucune arrestation n'a eu lieu. A propos de l'agression d'un jeune américain fils de diplomate le 16 juillet. «C'est un miracle qu'il soit encore vivant si l'on considère le nombre de jeunes (9) qui l'ont agressé. Gratuitement», reconnaît Jean-Philippe Brandt, qui dit tout ignorer de l'identité des agresseurs. Genève comparée au Bronx? Toujours est-il que Roland L'Allier a immédiatement recommandé à tous les employés genevois de l'ONU, surtout les Américains, la plus grande prudence: «C'est un rappel certes malheureux, mais néanmoins nécessaire: personne, nous répétons bien, personne ne doit se déplacer seul tard dans la nuit, au centre de Genève.»" Le Matin Dimanche du 14 août 2011.
  • Libérés provisoirement depuis plus d'un an, deux Jamaïcains devaient comparaître devant la Cour correctionnelle le 9 mai dans le cadre d'une affaire de tentative de meurtre, le duo d'accusés a été reconduits en prison le 4 mai. Ils sont désormais poursuivis également pour viol aggravé contre une femme aux Pâquis. Tribune de Genève du 15 aout 2011.
  • Malgré la gravité des soupçons, on le libère sous caution dans l'attente du procès et il en profite pour commettre un nouveau délit
  • 6 mois pour retrouver un jeune braqueur, 2 jours pour le libérer.
  • Après avoir été entendu, le tireur, âgé de 21 ans, a été relâché. Il sera convoqué ultérieurement par le Ministère public.
  • Des mois de traque au bonneteau, pour délivrer juste quelques amendes (jamais payées)
  • Des dizaines d'enlèvements de campements illégaux, des tonnes de déchets, et tout cela pour recommencer la semaine suivante.
  • 30 bureaux cambriolés au mois de juillet dont ceux des missions diplomatiques dont ceux de l'Inde, de la Somalie, de la Ligue arabe, des mendiants à tous les coins de rue, des parcs souillés , des amas d'imondices, des vols, des agressions, des violences, à quand des pillages ?...

Nos quotidiens relatent jour à près jour, braquages, agressions, cambriolages, bonneteau et campements sauvages qui font courir les forces de l'ordre nuit et jour et pour quel résultat ?

    Les risques encourus en cas de vol, agression, cambriolage, et délits de toutes sortes sont tellement faibles que notre code pénal ne fait plus peur et c'est là le problème principal.

    Sa modification au niveau fédéral a pris tant d'années que les parlementaires d'alors ont laissé aux suivants le "pain sur la planche", et les nouveaux, une fois en place, ont naïvement pensé que les précédents l'avaient terminé et ont voté le texte. A Genève, nous n'avons pas fait mieux, nous avons laissé à un seul député le soin de décortiquer le code et... nous l'avons voté sans en imaginer toutes les conséquences. En tant que députée de milice non spécialisée en la matière, je reconnais volontiers mon erreur, et suis prête, au vu du désastre de nos rues, à me remettre à l'ouvrage. Mais ce que je ne comprends pas c'est que le personnel de l'administration et de la justice, qui baigne dans le sujet, n'a rien vu venir.  J'en suis d'autant plus choquée que ce sont eux qui en paient au quotidien les conséquences. Mais peut être n'ai-je rien compris: arrêter, passer des heures de procédure administrative pour au final relâcher et éventuellement asséner une amende qui ne sera jamais payée, n'a rien de motivant. Du coup on n'arrête plus, résultat: moins de boulot et des prisons  moins pleines, que du bonheur ! Etait-ce la vraie finalité ? Je n'ose l'imaginer, car pendant ce temps, Genève (et pas seulement son image !) se dégrade inexorablement et c'est toute la population (et pas seulement les touristes) qui en pâtit.

    A mes interpellations urgentes du 18 mars 2011 IUE 1166-A,  IUE 1167-A Conséquence  du nouveau code de procédure pénale. La police au bureau, les criminels dans les rues et les citoyens en péril ? le Conseil d'Etat répond qu'il se « laisse entre 6 mois et 1 année pour évaluer les effets du nouveau code procédure pénale et qu'au terme de cette période, il conviendra d'examiner les possibilités permettant d'absorber l'augmentation reconnue du travail administratif (entre 10 et 30%) et d'augmenter les effectifs de police ». Pas un mot pour durcir les peines, seule mesure à même d'être dissuasive.

    Maintenant qu'il ne s'agit plus de simples citoyens mais de fils de diplomate, que l'image de la Genève, ville paisible, est mise à mal au niveau international et que l'inquiétude de la Confédération se concrétise, le problème de la sécurité sera-t-il enfin pris au sérieux par les politiques au pouvoir qui jusqu'à présent niaient le problème ? Durcira-t-on enfin les sanctions ? Aura-t-on enfin le courage de mettre en cause le système au-delà des effets ? Je crains que non, car reconnaître le problème c'est admettre l'échec de notre société.

    Pendant ce temps, après une semaine d'émeutes, le gouvernement britannique prend des mesures sans précédent pour « s'attaquer au lent effondrement moral du pays ». Outre 3000 personne qui auront à comparaître pour pillage, vol ou recel avec de sévères peines, le premier ministre enclenche la suppression des allocations sociales pour les parents d'adolescents émeutiers et l'expulsion de leur logement social s'ils en habitent un (Tribune de Genève du 16 août). Même l'UDC n'a pas osé évoquer une telle mesure, alors qu'en Grande Bretagne,  70% des citoyens y sont favorables !

    « Si les minorités arrivantes ne respectent plus les valeurs civilisationnelles de la majorité locale, alors le chaos se déchaîne, avec ses agressions, ses incendies et ses pillages... Un idéal commun de vivre ensemble reconnu par tous, laïque, mais inspiré par la spiritualité autour de droits mais aussi de devoirs, est indispensable dans tous société, surtout en temps de crise » Ce n'est pas de moi mais d'un abbé, Alain René Arbez.

     

     

     

     

    Commentaires

    « Si les minorités arrivantes ne respectent plus les valeurs civilisationnelles de la majorité locale, alors le chaos se déchaîne, avec ses agressions, ses incendies et ses pillages » !!!

    Selon un article dans "The Times" d'aujourd'hui on suggère qu'il y a un lien entre les actions des banquiers et celles des émeutiers, en écrivant

    « Both were symptoms of a breakdown in a sense of responsibility, and of a culture in which tight-knit groups act in a way that normalises behaviour completely unacceptable to people outside the group »

    Malheureusement, la suppression des allocations sociales n'aura aucun effet sur les banquiers!

    Écrit par : Mike Gerard | 16/08/2011

    Monsieur Mike Gerard,

    Vous devez être béatement satisfait de votre commentaire ! On mélange tout, on oublie pas sa "dose stupéfiante" d'incitation à détruire le "grand satan capital", et on se gausse de ceux qui tentent d'élaguer la jungle urbaine que des gens de votre acabit ont créés et tentent, par tous les subterfuges douteux et malhonnêtes, de faire perdurer.

    Il est temps de dénoncer avec force toutes ces idéologies "droit de l'hommiste" dont la finalité n'est que de vivre aux crochets de tout ceux qui travaillent et dont le labeur quotidien finance vos paresses pérennes.

    Quant aux banquiers et aux spéculateurs félons, des actions sont entreprises à leur encontre et cela n'a rien de commun avec la note de Mme Meissner.

    Écrit par : Patrick Lussi | 16/08/2011

    @M. Lussi,

    Cher Monsieur, vous n'ignorez sans doute pas que les modifications du code pénale sont du ressort des chambres fédérales ?! Vous n'êtes sans doute pas sans savoir que la majorité qui gouverne notre pays n'est pas une majorité de gauche ?! Vous admettrez j'en suis sur que la droite n'est pas l'apanage de la seule UDC ?!

    Cherchez l'erreur ?!

    Si l'UDC est le seul parti de droite en Suisse, force est d'admettre que la droite n'est pas majoritaire dans ce pays. C'est semble-t-il la thèse que l'on essaie de développer dans ce parti.

    Merci de m'expliquer.

    Écrit par : Huguette | 16/08/2011

    Madame Huguette,

    Exposé doctrinaire, lapidaire et, pour tromper le monde, couplet de la demande d'explication...

    Mais pour le "fun", essayer de trouver les différences entre la "droite mondialiste du profit" et la "droite populiste".

    Écrit par : Patrick Lussi | 17/08/2011

    @M. Lussi

    Un peu léger comme explication. Je suis un peu déçu. J'attendais mieux comme explication. L'argumentaire standard de l'UDC serait-il incomplet ?

    Pour le "fun" qu'entendez-vous par droite mondialiste du profit ? Ce concept sonne creux. D'abord le terme mondialiste ne colle pas avec "droite" ou "gauche". Le concept s'applique plutôt à l'économie, par la force des choses puisque nous vivons, que vous le vouliez ou non, dans une économie fonctionnant au niveau mondial. Quant à la notion de profit, elle semble représenter pour vous quelque chose de sale. Or, et là aussi que vous le vouliez ou non, le profit est indispensable à notre propre survie. Ce qui peut être discutable, et source d'injustice, réside dans sa répartition et non dans son existence même.

    Vous admettrez je pense que votre slogan "droite mondialiste du profit" est un slogan creux, ne signifiant pas grand chose. La "droite populiste" est un concept que l'on pourrait opposer à la "droite libérale" je pense.

    Je crois que tout le paradoxe repose en fait sur une opposition droite/gauche, concept qui appartient de plus en plus au passé. Je crois qu'aujourd'hui, nous devons peut être changer de lunettes. Notre avenir politique reposera d'avantage sur des partis regroupant d'un côté des forces raisonnables (de gauche, du centre et de droite), aptes au consensus, constructives, face à un bloc constitué de nationalistes (de droite ou de gauche), peu ouverts et surtout perclus de peurs diverses et se référant plus à des mythes qu'à la réalité (Syndrome Guillaume Tell !!!) et surtout refusant tout idée de consensus en prônant la rupture systématique avec toute idée de compromis. Lorsque que j'entends pérorer votre président de parti ou encore les élucubrations de certains fanatiques d'extrême gauche, je retrouve les accents populistes, quelle que soit leur orientation politique par ailleurs.


    Qu'en pensez-vous M. Lussi ? Posez le manuel du parfait petit soldat UDC, et réfléchissez par vous-même en proposant des arguments un peu plus sérieux.

    Cordialement.

    Écrit par : Huguette | 17/08/2011

    Ces commentaires vont tres loin du chaos qui est cree a Geneve depuis de longues annees par les criminels, qui sont presque tous des etrangers de certain origines, c'est a dire, de l'Afrique, des pays Arabes, des Balkans, et de l'ex USSR. Ces gens viennent de pays violents avec beaucoup de corruption et criminalite, et ils sont violents et criminels.
    Je suis vraiment desespere et deprime car j'ecris depuis plus de 10 ans sur le sujet beaucoup de lettres aux medias, aux politiciens et aux autorites, avec des conseils simples, mais personne ne m'acoute et la criminalite et la violence augmente. C'est simplement incomprehensible que les autorites locales aiment les criminels plus que les victimes, que cette situation ne les derange pas. On vive dans la peur, on n'ose plus sortir le soir, surtout si on est femme.
    Les solutions sont si simples: Il faut emprisonner les malfaiteurs et les renvoyer tout de suite dans leurs pays. S'il n'y a pas un accord de readmission, alors il faut insister aupres Mme Sommaruga qu'elle les negotie. En plus, il faut fermer de nouveau les frontieres qui facilitent le tourisme criminel.
    Au lieu de tout ca, les agresseurs sont liberes apres un jour ou moins, les meurtriers apres 4-5 ans, en effet une Russe qui a tue son mari par 49 coups de couteau etait libere apres 5 mois! Il est interdit de mendier, mais la ville est plein de tziganes qui mendient, alors evidemment il faut changer tactique, il faut de nouveau enlever leur argent. Je ne comprends pas ce que Mesemrom veut. Il veulent que des millions de Tziganes roumains viennent a Geneve?
    Tout le monde que je connais, y compris des fonctionnaires internationales, sont dans l'incomprehension totale de cette situation et le fait que les autorites ne font rien d'efficace. Beaucoups entre nous pensent a quitter Geneve, qui est la ville avec le plus de criminalite en Suisse. Pourquoi Vaud, par exemple, renvoie au moins 100 criminels dans leurs pays chaque annee et Geneve 9?
    Il faut un homme courageux a la place de Madame Rochat, qui evidemment a peur d'agir. Les descentes de Police son inutiles, l'augmentation de leur effectif pas necessaire.
    IL FAUT PUNIR ET RENVOYER TOUTE DE SUITE CES CRIMINELS ETRANGERS ET FERMER LES FRONTIERES!
    Corvert

    Écrit par : corvert | 18/08/2011

    @Madame Meissner

    L'assemblée fédérale a adopté le nouveau code de procédure pénale unifié lors de la session parlementaire d'automne 2007.

    Résultats du vote :

    Conseil des états : 35 oui / 0 non / 7 abstentions

    Conseil national : 175 oui / 11 non / 9 abstentions

    L'udc peut toujours venir nous donner des leçons de catéchisme !? En effet, il y avait à cette période 56 conseillers UDC au National et 8 aux Etats.

    Cherchez l'erreur .... et la cohérence.

    Amicalement.

    Écrit par : Huguette | 18/08/2011

    C'est bien ce que je reconnais moi aussi, avec dépit et après coup, nous en sommes tous responsables ! cf mon texte : Sa modification (du code de procédure pénale) au niveau fédéral a pris tant d'années que les parlementaires d'alors ont laissé aux suivants le "pain sur la planche", et les nouveaux, une fois en place, ont naïvement pensé que les précédents l'avaient terminé et ont voté le texte. A Genève, nous n'avons pas fait mieux, nous avons laissé à un seul député le soin de décortiquer le code et... nous l'avons voté sans en imaginer toutes les conséquences.
    Mais rien ne sert de mettre la faute sur autrui, il faut avoir le courage de reconnaitre ses erreurs et se remettre à l'ouvrage. La balle est dans le camp des futurs conseillers nationaux et j'appelle de mes voeux que les UDC (au moins mais pas seulement) empoignent ce code par les "cornes".
    Amicalement aussi

    Écrit par : christina meissner | 18/08/2011

    Pourquoi les politiciens ont voté un code de procédure pénale qui fait la part belle aux contrevenants et réduit les moyens d'agir de la police ?

    La réponse est dans la question : le politicien, en tant que justiciable, est plus souvent du mauvais côté de la barrière !

    Les syndicats de police ont dit et répété que ce projet de code pénal était une catastrophe, mais personne n'a voulu les écouter ...

    Écrit par : Clyde | 18/08/2011

    @Christina

    Vous êtes décidément une politicienne UDC atypique. C'est la première fois qu'un membre de l'UDC me répond intelligemment. Vous allez avoir des problèmes dans ce parti si vous continuez sur votre lancée. Bravo et félicitations pour votre attitude positive.

    Bon courage !

    Écrit par : Huguette | 18/08/2011

    Les commentaires sont fermés.