12/10/2012

Au revoir Elisabeth

Elisabeth29aout (1).jpg

 

A Elisabeth Châtelain, députée au Grand Conseil qui démissionne aujourd'hui.

La première fois que j’ai entendu parler de toi, j’étais à Pro Natura, je me battais pour la sauvegarde la chouette chevêche et son habitat de prédilection, les vergers traditionnels de ta région. Toi, tu venais d’être élue à Plan les Ouates.

A l’époque, tu avais déjà compris que pour faire avancer un projet, il fallait se lancer dans l’arène politique. Je ne pensais pas alors que je t’y retrouverai 12 ans plus tard. En te côtoyant au Grand Conseil, j’ai appris à mieux te connaitre et à t’apprécier énormément.

Tu travailles dans la durée. La mobilité est un sujet crucial, les projets sont délicats et complexes. Les enjeux hautement politiques mais  tu y crois. Et pour défendre tes idées, tes convictions, tu n’as pas hésité à te mettre hors parti mais pas hors-jeu. 

Des moments difficiles, tu en as connu et comment ! Mais tu n’as jamais laissé transparaitre combien tu étais affectée, gardant le sourire envers et contre tous. J’ai souvent pensé à toi en soignant Elisabeth, la hérissonne qui porte ton nom. Ses blessures étaient graves, les soins quotidiens, mais, après bien des mois et beaucoup de patience, enfin guérie, elle a pu retrouver la liberté. C’est le hérisson qui est resté le plus longtemps en soin, et le seul à qui j’ai sauvé 2 fois la vie, à 3 ans d’intervalles. Elle vit aujourd’hui une deuxième vie, à ton tour de profiter d’une liberté retrouvée.

Profite de ta famille, de tes amis, de tes soirées et aussi de la vie différemment.  Tu n’en oublieras pas pour autant ton engagement de toujours pour la mobilité. Tu entres au Conseil d’administration de la Fondation des parkings. Tes compétences et tes convictions te permettront d’y mener un excellent travail, au service de la collectivité comme tu le fais déjà aux TPG.

Il existe dans cette République, des personnes de qualité, Genevoises et capables de surcroît,  pour occuper des postes à responsabilité dans les Conseils d’administration de nos régies publiques. S’il fallait encore le prouver, avec toi Elisabeth, la preuve est faite et bien faite. 

Les commentaires sont fermés.