21/11/2012

Police Population pour Vernier Action Enfin !

Ajout du 21 novembre: 7 jours avant la réunion elle est enfin confirmée. Mais son contenu doit encore être finalisé entre la commune et le canton avant qu'une invitation soit envoyée... Espérons que les 250 familles auront réservé leur soirée du 27 novembre....

Blog du 16 novembre 2012

Rappel: Confrontés à une recrudescence de cambriolages, les habitants de tous les quartiers de villas de Vernier n'en peuvent plus. Mais plutôt que de prendre eux même leur sécurité en main, ils ont suivi  la proposition de deux Députés-Conseillers municipaux, Christina MEISSNER et Thierry CERUTTI d'interpeller le Canton pour qu'un projet Police - Population se mette en place sur leur commune.
En tout, ce sont plus de 250 familles qui, avec les deux Députés-Conseillers municipaux, Christina MEISSNER et Thierry CERUTTI ont sollicité par courrier le Conseiller d’État responsable de la sécurité, Pierre MAUDET. Sa réponse rapide et positive, dès la première lettre reçue fin juillet, démontre son intérêt pour le projet. Voir aussi mon blog du 4 octobre 2012

Ou en est-on ? La police est chargée d’étudier ce projet de surveillance de voisinage et de désigner des communes pilotes. Vernier en fait partie, mais sollicité par le canton, le Conseil administratif, a mis les pieds au mur ou en tous cas n'a pas montré un enthousiasme délirant.  Du coup silence radio, communication confuse, ou pas de communication du tout. 

Front commun(e) enfin ? Face à cette situation de blocage, c'est par la voie d'une motion M258 que je suis revenue à la charge pour engager le Conseil administratif :

  • à répondre à la préoccupation de ses habitants et à leur souhait de voir un projet Police -Population se déployer à Vernier ;
  • à prendre contact avec les autorités cantonales concernées pour les informer de sa volonté de faire de Vernier une commune pilote dans le cadre du projet Police - Population du Canton de Genève ; 
  • à participer activement à la mise en place de ce projet aux côtés des autorités cantonales et à le coordonner avec les autres mesures communales préventives et répressives liées à la sécurité.

Déposée le 4 novembre, cette motion a été traitée lors du Conseil municipal du 15 novembre. Acceptée sans aucune opposition, elle a été renvoyée immédiatement au Conseil administratif, lui envoyant de fait un message très clair: Agissez et vite pour la sécurité de vos concitoyens.

Une séance avec la population, où Vernier et Police cantonale communiqueront ensemble aura lieu le 27 novembre à l'Ecoles des Ranches à 20h.


PS  lors de la même séance 2 autres motions UDC traitant de surveillance et de salubrité ont aussi été acceptées démontrant que

  • pour l'UDC la sécurité est un tout
  • que le Conseil municipal de Vernier en les adoptant a su aller au devant des préoccupations de la population et au delà des clivages politiques contrairement à ce qui s'est passé dans d'autres communes.

11:32 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Aménagement du canton, après 1 an de présidence

Il y a un an, j'ai rejoint la commission d'aménagement du canton (CAC) et été élue à la présidence de la CAC pour un an. Ma première présidence en tant que députée...

Cette année de présidence s’achève pour moi aujourd'hui et je souhaitais faire un bref point de situation sur cette dernière.

Objets traités de novembre 2011 à novembre 2012

Durant ma présidence, sur un total de 59 objets :

  • 37 ont été traités
  • 18 ont été gelés par les auteurs même des textes (députés ou Etat)
  • 4 n’ont pas été traités, le temps a manqué...

J'ai tenté de traiter de manière équilibrée l’ensemble des textes sans tenir compte de leur origine, en accordant la priorité aux objets en fonction de leur lien avec l’actualité (p.ex Extension gare Cornavin), ou de leur forte influence sur le logement (p.ex. Grands Esserts) ou sur l’aménagement en général (p. ex. la densification ou rationalisation des zones industrielles ou des zones  villas).

La commission a siégé chaque semaine hormis durant les périodes de vacances. Elle n’a pas chômé, ce d’autant que pendant plusieurs mois, la durée a été portée de 2 à 3 heures par semaine.

L’organisation d’une séance consacrée à notre système d’information géoréférencé du territoire (SITG) me semblait pertinente du fait de la qualité de cette prestation et de son utilité en matière d’aménagement. Au final, ce n’est pas moins de 3 commissions du Grand Conseil qui ont participé à cette séance de présentation conjointe.

Il me reste un regret. Trop souvent, nous avons consacré de nombreuses heures à des auditions, pour finalement rejeter purement et simplement les textes qui les avaient suscitées. Non parce que le sujet était dénué d’intérêt ou le problème soulevé non avéré, mais sans doute davantage du fait de considérations purement politiques. A mon sens, sans doute peu politique… la commission d’aménagement ne doit pas simplement être une chambre d’auditions ou d’enregistrement de préavis. Elle doit aussi être un lieu de réflexion et de recherche de solutions aux problèmes complexes soulevés par l’aménagement d’un canton exigu et tellement sollicité comme le nôtre. Nous avons la chance d’avoir à nos côtés des personnes compétentes du département, à nous d’en profiter à bon escient. Mais il n’est jamais trop tard pour bien faire…

Je remercie toutes celles et ceux qui m’ont apporté leur soutien durant mon année de présidence, et notamment Mme Roberta Piccoli, le personnel du département qui accompagne les travaux de la CAC sans oublier M. Moglia dont les connaissances des dossiers étaient fort appréciées.

Je me réjouis de continuer à siéger en tant que simple commissaire, il y aura, dans les mois qui viennent fort à faire, la densification n'étant pas prête de cesser... notamment par le biais du nouveau plan directeur cantonal 2030 qui occupera bien des séances de 2013.

Christina Meissner, Bientôt ex-Présidente de la commission d’aménagement du canton

10:05 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

10/11/2012

Pour plus de nature sauvage et moins de sauvagerie !

ours brun2.jpgEn Pologne et autres pays de l’Est, les bergers n’abandonnent pas  leurs moutons, ils vivent avec. Les ours et les loups, ils les connaissent, s’adaptent et acceptent leurs conditions de berger.  Il est grand temps que nos paysans fassent de même plutôt que de poser des pièges empoisonnés. Serions-nous à tel point intolérants, qu’il n’y ait pas de place pour un seul ours en Suisse ?  Sauvons M13 et avec lui le peu de nature sauvage qu’il nous reste. Signez l’initiative Pour la protection des grands prédateurs (ours, loup et lynx).

 

Les hasards de l'actualité:

Entre la visite d'un ours à l'école dans les Grisons et celle des dealers à l'école à Genève, je prèfère et de loin celle du plantigrade ! Pas vous?

20:28 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)