27/05/2013

Démocratie directe, clé du bonheur

Tout le monde le reconnait, la solution se trouve dans davantage de démocratie participative

Lorsqu’interrogée sur le lien qui unit les Suisses, qui ne partagent ni une langue, ni une religion communes, qui vivent dans des cantons aux histoires et coutumes très différentes,  ma réponse a toujours été, notre lien, c’est la démocratie directe. Nous la pratiquons tous et nous y sommes tous très attachés. Une étude scientifique  démontre aujourd’hui le lien  entre le niveau de démocratie d’un pays et la joie de vivre de ses habitants (cf Tribune du 27 mai et  Le bohneur, l’approche économique, de Bruno Frey et Claudia Frey Marti). Enfin !

Les Français face à tant de défilés contre le mariage gay mais pas seulement feraient bien de s’en inspirer...

A Genève, nous avons choisi malheureusement, dimiter nos voisins français et de centraliser les pouvoirs en matière d’aménagement, et le résultat c’est que ça ne va pas. Notre gouvernement devrait lui aussi l'admettre et redonner davantage de compétences au niveau local. C’est exactement dans ce sens que j’ai déposé devant le Grand Conseil, le 28 janvier 2013, un projet de loi 11112  pour une meilleure répartition des compétences en matière d’aménagement territorial. Il réclame une démocratie participative dans l’élaboration des plans localisés de quartier. La Cour des comptes est arrivée à la même conclusion par le biais d’un rapport déposé le 8 février 2013, les communes commencent elles aussi à le reconnaître. Ainsi Vernier a soutenu mon Projet de loi allant dans ce sens (cf Tribune du 27 mai), d’autres communes le feront aussi car c’est du bon sens que de donner du sens au mot démocratie au niveau le plus proche du peuple, là où il habite !

09:22 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1)

24/05/2013

Sauve-toi toi-même et le ciel t’aidera

Au Sénégal, le poisson est de retour sur les étals ! Les pêcheurs ne reviennent plus bredouilles de journées perdues à gagner un filet volé par une déferlante de chalutiers ratissant jusqu’à la dernière protéine aquatique au moyen de filets dérivants monstrueusement démesurés.  Le nouveau gouvernement a cessé de brader ses eaux territoriales aux bateaux usines étrangers pour les rendre aux piroguiers sénégalais et à leur méthode de pêche raisonnable.

La pêche nourricière n’a jamais aussi bien porté son nom tant grâce à elle c’est toute une nation qui revit. Les hommes reviennent de l’exil, ils retrouvent leur métier, leur vie, leur famille et leur dignité.

Ce ne sont ni les nations étrangères, elles-mêmes à la solde de leurs multinationales, ni nos œuvres caritatives palliatives, ni nos velléités de sauver du naufrage les réfugiés victimes de nos propres pillages qui ont permis d’aboutir à ce succès. Les sénégalais ont retrouvé leur moyen de subsistance en se débarrassant démocratiquement d’un leader corrompu  pour le remplacer par un gouvernement à l’écoute de ses citoyens et de leurs besoins.

La morale de cette histoire est double : on n’est jamais sauvé que par soi-même et on ne peut prendre davantage que ce que la nature a à nous offrir.

Il est toutefois nécessaire, d’agir ici et maintenant pour le bien collectif (sauver les forêts tropicales, les mers et la planète entière et les êtres qui la peuplent. L’action la plus efficace et la moins chère dans tous les sens du terme, est de diminuer notre propre consommation de protéines animales. J’ai bien dit diminuer et non cesser, car tout est une question de nombre, d’équilibre et de responsabilité individuelle.

C’est vendredi, le jour du poisson alors pensez-y

09:36 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2)

22/05/2013

Rêves en rade

topelement.jpgLa plage des Eaux Vives ? Je me rappelle très bien de cette première séance en 2009, en tant que députée au Grand Conseil  face à un Conseiller d'Etat, tongs à la main! Mémorable moment bien lointain. La plage à Robert, alias Bobby plage, est toujours en rade à cause d'un recours du WWF. On peut s'en lamenter, ou au contraire s'en réjouir. Peut être qu'après tout, ce recours a permis de prendre le temps nécessaire à  l'initiative UDC sur la traversée de la rade d'aboutir. Si le peuple dit oui, les travaux pourront être combinés et leurs coûts réduits. Plutôt que de faire et défaire, pour une fois que l'on pourrait faire d'une pierre deux coups et joindre l'utile à l'agréable. A Genève, ce serait plutôt novateur comme démarche ! Nos finances ne s'en porteraient que mieux et ça ce n'est pas du luxe !

10:28 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2)

12/05/2013

Panneaux castors, le retour

DSC05183.jpgAprès une saga de pose et dépose de panneaux de plusieurs mois, une question écrite au Grand Conseil, et un castor malencontreusement mort écrasé, il fallait agir. Non pas en remettant des panneaux routiers mais des panneaux de sensibilisation. Voilà c'est fait, les panneaux castors sont de retour au barrage de Verbois et à la route de Meinier. Posés en toute transparence, en plein jour en informant largement les autorités jusqu’au plus haut niveau, j’attends la même transparence en matière d’information de la part de ceux qui auraient l’intention de les ôter,  au nom de je ne sais quelle raison technocratique.

Pour connaitre toute l'histoire et voir plus d'images, lire le blog à ce sujet sur mon site internet

paneau-castorweb.jpg

11:33 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)