28/06/2013

Challendin, le Grand Conseil a tranché dans le vif

Notre conseiller d’Etat François Longchamp a-t-il eu une enfance malheureuse à Chêne-Bougeries qu’il s’acharne à ce point sur cette dernière ? Le traitement du projet du chemin Challendin en donne une démonstration édifiante. Voyez plutôt :

Le 19 juillet 2012, le nouveau Conseiller d'Etat responsable de l'urbanisme, François Longchamp, a balayé d'un coup, tout un travail issu de la concertation et d'un processus démocratique, du choix des habitants, du conseil municipal et administratif de la commune de Chêne Bougeries.

Le choix des moyens et des mots utilisés ce jour-là ont été d'une brutalité inouïe, les arguments ont été tronqués, les interprétations biaisées. Le projet immobilier que le magistrat qualifiait alors « des opposants » a été conçu par les propriétaires, les promoteurs, les habitants du chemin de Challendin, les associations locales et la commune tous ensemble. C'est le conseil municipal qui l'a voulu répondant ainsi à la volonté populaire qui avait rejeté le projet de l'Etat. Après  4 mois, de travail en commun, un accord entre tous a été trouvé, garantissant une construction rapide de logements, les opposants potentiels étant ...tous signataires de l'Accord de Challendin.

En refusant en juillet dernier l’Accord Challendin, l’Etat a déterré la hache de guerre poussant de fait, commune et habitants à s’opposer à la décision de l’Etat.

Face à l’opposition de la commune au diktat de l’Etat, l’Etat s’est alors tourné vers le Grand Conseil pour la lever. Il appartenait aujourd’hui au Grand Conseil de trancher.  Lourde responsabilité.

Suivre l’argumentaire de l’Etat, et voter la résolution 719? Ou respecter le choix des habitants et de leur commune ? Le Grand Conseil se contente trop souvent d’être une chambre d’enregistrement en confiant  à l’Exécutif  le pouvoir qui lui revient

Le sujet est complexe, il est dès lors indispensable de l’examiner en commission pour que le Grand Conseil se prononce en connaissance de cause et en aucun cas de le voter sur le siège, comme le souhaiterait le Conseiller d’Etat Longchamp. Le groupe UDC a donc demandé le renvoi en commission pour examen approfondi.

Le Grand Conseil, a l’exception du MCG et de l’UDC a voté la résolution 719. Dès lors, le choix de l’UDC de respecter la volonté populaire, s’est traduit par un refus de la résolution. Nous étions minoritaires comme le vote nominal le prouvera.

Textes précédents sur le même sujet

15:15 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Les infrastructures de Genève sont inadaptées à la quantité importante de ses habitants. Il y a toujours plus de monde qui vient s'établir ici à la vitesse grand V. On planifie + 100'00 habitants pour 2030, alors que des Suisses sont déplacés en France voisine. Pendant ce temps certaines de nos autorités font du forcing immobilier. Cherchez l'erreur. Accepter trop de monde en peu de temps n'est pas judicieux. Bref, tant que l'on ne régulera pas avec sagesse l'immigration galoppante, la crise du logement aura un bel avenir et les forcings immobiliers de certains perdureront.

Écrit par : Zora Masé | 30/06/2013

Les commentaires sont fermés.