24/12/2013

Repos et dodo

Entre Noel et Nouvel an, je fais comme les 17 hérissons en soins du centre, repos et dodo. A tous les blogueurs et à notre Julie,  qui savent eux aussi se montrer piquants, je souhaite de très belles fêtes.

Danièle.JPG Ingrid.JPGMaudette.JPG

 

 

 

 

 

 

 

Eh oui, les hérissons, ça dort les yeux ouverts et parfois même les fesses à l'air...

Pour en savoir plus sur les hérissons:

http://www.christinameissner.com/nature/sos-herissons/

15/12/2013

Escalade ou dégringolade ?

15 décembre 2013, commémoration de l’Escalade, j‘ai le privilège, en tant que cheffe de groupe parlementaire, d’être à la tribune officielle et j’en profite pour saluer Ueli Maurer, président de la Confédération. Le cortège de la plus grande manifestation médiévale d’Europe  défile devant nous. Tambours et fifres, la fête est chaude et belle. Plus tard, je rejoins mon mari. Comme chaque année, son association a préparé le vin chaud pour  accueillir la Compagnie 1602 à la fin de 3 heures de commémoration, exaltante pour les visiteurs éreintante pour les participants. Comme chaque année, je sers le vin chaud, je sers des mains, l’ambiance est à la fête. Merci à tous ceux qui s'impliquent année après année pour les commémorations qui caractérisent Genève, et qui réchauffent le cœur de ses visiteurs.

21h30, les derniers costumés s’en vont, fin de la fête, je retourne vers ma voiture parquée dans les quartiers proches de la vieille ville.  Une dizaine de putes ont pris place au coin des rues, plusieurs m’accostent, moi, une femme ! A les regarder de plus près, il s’agit plutôt de travestis . « J’ai froid, j’ai faim, ne voudriez-vous pas m’accompagner jusqu’à chez moi à Plainpalais » . Non vraiment non, la fête est finie, la désillusion me gagne. Genève, celle que j’ai connue jadis, je ne la reconnais plus. La belle Escalade s’est transformée en une belle dégringolade le 15 décembre 2013.

22:46 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2)

11/12/2013

Fiat lux ?

Le Conseil d'Etat a reconnu l'existence de nos frontières naturelles sans pour autant en tirer l'évidence qui en découle: la limite de nos ressources et donc le nécessaire frein à notre croissance. Frein ne veut pas dire arrêt mais juste ralentir le temps de pouvoir digérer, intégrer  et agir sur les effets induits par un développement que nous ne maitrisons plus.

L'environnement et l'énergie ont donc été les grands perdants du discours de Saint-Pierre. Oublier ainsi l'essentiel n'a rien de rassurant de la part d'un canton qui se veut être exemplaire à l'échelle planétaire.

Gageons que le Conseil d'Etat se rattrapera au niveau de son programme de législature pour révéler sa vraie nature et celle de notre futur...

Une place pour tous ? Pas si sûr

TdGDiscoursStPierre11dec2013.pdf

09:44 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)