05/02/2014

Rationalisons l'usage du sol

En mars 2011, l'association Pic-Vert Assprop Genève plébiscitait la construction de tours dans le périmètre de Praille Acacias Vernets (PAV). Elle le faisait savoir par un communiqué et à travers son journal. On est en 2014 et le seul panneau qui annonce une construction au PAV, se trouve à la hauteur du carrefour de l'Etoile, il montre un immeuble de 4 étages. Pour rationaliser l'usage de notre territoire ce n'est pas gagné !

Pas plus qu'avec la loi de surdensification qui, sous prétexte de rationalisation, n'aboutira qu'à des barres d'immeubles dans lesquels nous nous retrouverons entassés sans avoir rien gagné en qualité.

Il est temps de travailler sur des immeubles, une architecture dynamiques et une urbanisation du futur qui fasse envie. Plus qu'un rêve, c'est une nécessité.

Acros Fukuoka Hakata green buildingEt parfois même une réalité (ci-contre Acros-Fukuoka-Hakata-green-building)

Ayons le courage de revendiquer de bons et beaux projets, plutôt que de nous soumettre à la contrainte de promoteurs qui, pour assurer leur marge, se complaisent dans à la médiocrité.

Osons voter NON à la surdensification (L 10965) le 9 février

Voir les dernières nouvelles de stopsurdensification :

Que pourra faire un promoteur si la loi 10965 est acceptée?

1) Sur les terrains avec des immeubles existants, il pourra demander une révision du Plan Localisé de Quartier afin de se conformer à la nouvelle loi en vigueur. Cela lui permettra de construire de nouveaux immeubles entre les immeubles existants, voire de surélever ses immeubles s'ils n'ont pas atteint la limite des gabarits actuels.
En Zone de Développement 2, un promoteur a le droit de construire un immeuble à 8 mètres de votre fenêtre...

2) Sur les terrains déclassés qui n'ont pas encore d'immeubles, il pourra construire au minimum 2x plus dense que ce qui s'est pratiqué à Genève ces 20 dernières années. C'est-à-dire 2x plus d'immeubles sur une même parcelle ou 2x plus haut en cas de dérogation accordée par l'administration cantonales de Genève.

3) Il pourra construire des immeubles de manière beaucoup plus dense, sans parcs ni de places publiques car la nouvelle loi impose des minima de densité mais pas de parcs, ni places publiques.
Le promoteur, de son côté, n'a aucun intérêt économique à créer un parc ou un place publique.
Si c'est l'Etat qui impose un parc publique, l'Etat ou plus vraisemblablement la commune devra dédommager le promoteur pour le terrain inutilisé, or ni l'Etat, ni les communes n'ont assez d'argent pour financier simultanément les écoles, les salles communales, les salles de sports et les parcs (comme dans l'exemple du PAV ou le financement des infrastructures publiques n'a toujours pas été trouvé).
Au final, on construira donc plus densément et sans verdure. 
 

11:30 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.