30/04/2014

Chasse aux doublons entre communes et canton

Tiens, ça me rappelle mon projet de loi PL11112 sur une meilleure répartition des compétences entre communes et canton, actuellement traité en commission. Au-delà du fait que les communes, et c’est regrettable, ne veulent pas jouer un rôle plus important en matière d’aménagement, et que de fait il y aura de beaux clashs en perspective quand il s’agira d’appliquer le plan directeur cantonal au niveau communal, la déclaration faite de traiter la fiscalité après celle de la répartition des compétences est une erreur. Sans moyens financiers supplémentaires, les communes ne s’engageront pas davantage qu’aujourd’hui. Les deux aspects sont intimement liés. L’Etat devra lâcher du lest pas seulement au niveau de ses compétences mais aussi au niveau de sa manne financière. Le problème, c’est qu’il n’a plus d’argent dans ses caisses, alors pour en donner à d’autres, …

En matière de tâches, on mentionne évidemment et à raison les espaces publics, le sport, la culture mais pas un mot sur la planification directrice. Comme je l’ai dit et écrit maintes fois, c’est pourtant là qu’il y a matière à agir. Un seul exemple, des habitants initient un plan de quartier avec l’aval de l’Etat. Plutôt que d’attendre le résultat, l’Etat fait le même boulot de son côté mais sans aucun contact avec le terrain. Gaspillage de deniers publics et message terrible pour les habitants qui se demandent si au final, ils ne travaillent et ne dépensent par leurs propres temps et argent pour rien. S’attaquer à la répartition des compétences entre l’Etat et les communes, c'est ce que la Constituante n’a pas fait  et qu’il  faut faire d’urgence mais en n’oubliant surtout pas de parler argent et les habitants ! Il implique de trouver les moyens de relier la population à la vie politique, aux enjeux du territoire. Il s'agit donc pour les autorités cantonales et communales de mettre en place un processus participatif pour accompagner leur démarche.

Les commentaires sont fermés.