06/11/2014

Au secours Swisstopia !

J’appelle au secours les  25 élèves motivés qui ont répondu et gagné le concours d’idées lancé par la Confédération « Comment voyez-vous le pays en 2035 ». Le projet Swisstopia des étudiants de l’Hepia a le mérite de concrétiser par l’image des pistes d’urbanisation basées que la qualité de vie que j’ai moi-même exploré et que je soutiens :

Une nouvelle façon de vivre ensemble privilégiant la qualité de vie et les rencontres, grâce à des espaces partagés, côté rue et côté jardin, c’est exactement le sens du projet des habitants Semailles à Lancy, repris  par ma motion 2115. Bien qu’adoptée de justesse au Grand Conseil, elle est encore loin de trouver un écho sur le terrain. Ce projet de développement alternatif du quartier se heurte en effet à  des résistances à tous les niveaux de par la remise en question de l’approche urbanistique qu’il implique. 

Des jardins sur les toits (pour se nourrir ou ses loisirs), voilà encore une motion qui traîne à l’ordre du jour du Grand Conseil depuis des lustres. Sans parler de mon projet de loi proposant une affectation du sol différente en fonction des niveaux (étages) permettant de travailler, de se loger, de partager les espaces de vie active et de loisirs. Cette vision urbaine d’un village reconstruit à la verticale n’a suscité que des sarcasmes avant d’être balayée sans qu’aucune réflexion ne puisse être entamée. En politique, il ne faut surtout pas espérer bousculer un mode de penser et de faire bien bétonné. Heureusement, les étudiants ne s’entravent pas de carcans et osent nourrir l’aménagement du territoire d’utopie.

Leur vision Swisstopia,  appliquée à Genève, devrait impérativement guider les Ateliers que l’Etat organise prochainement dans la foulée la Journée du logement du 2 octobre 2014. Leurs idées mettraient au défi les participants, urbanistes et architectes étatiques en premier qui, depuis des lustres, façonnent notre cité à coups de plans de quartiers figés et de barres d’immeubles hideuses. Et qui, chaque fois que l’on propose de modifier quoi que ce soit, invoquent une législation trop complexe pour espérer pouvoir la changer de fond en comble (sic). A l’instar de Churchill, peut être ces étudiants réussiront-ils car ils ne savent pas encore que c’est impossible.

Hepia/ Swisstopia

Voir l'article de la Tribune de Genève du 1er novembre 2014

19:45 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Vous vous adressez, par ce Concours Vision Swisstopia, à 25 étudiants de l'Hépia, soit une minorité qui exclu les étudiants y ayant aussi participé

entre autres ces autres étudiants en archi de l'Hepia concernés motivés urbanisme travaillant sur projets d'ensembles urbains genevois tels: réno des Grottes, nouvel ensemble habitat+commercial+lieu de rencontres etc à Carouge, réno des Tours du Lignon, réhab et révision de la station inférieure du Salève, etc

Écrit par : pierre à feu | 07/11/2014

Les commentaires sont fermés.