19/11/2014

Rationnalisons oui mais pas comme ça !

Le PDC en mal de notoriété, remet la compresse en déposant pas moins de 3 motions "pour une utilisation rationnelle du sol..." demandant au Conseil d'Etat d'établir des listes de biens immobiliers (et de leurs affectations) détenus par les communes, les fondations, les caisses de pensions, l'Etat, etc. (et pourquoi pas les privés tant qu'il y est ?). Le PDC  demande d'examiner ainsi toutes les possibilités maximales de construire par démolition, reconstruction, surélévation etc. pour y créer le plus grand nombre de logements. Il oublie juste l'essentiel.

Tout député qui s'en donne la peine  trouvera pléthore de renseignement dans la masse des dossiers traités au parlement et dans bon nombre de réponses déjà apportées via un nombre tout aussi impressionnant de rapports en tous genre. En plus, tout parti politique peut connaître ou connait déjà les réponses du moment qu'il est présent dans les Conseils de Fondations immobilières et ...les Conseils municipaux ou administratifs.

Mais c'est tellement plus simple de se tourner encore et encore vers l'administration et de lui demander à elle de détacher des fonctionnaires pour faire le boulot pour répondre une énième fois, et poliment SVP! Sauf que parallèlement, les mêmes ne cessent de se plaindre que l'Etat est trop "gros", qu'il coûte cher, etc. 

Les dossiers en la matière ne manquent pas, la volonté de construire existe et même trop parfois. Ce qui manque, c'est établir des priorités, et de trouver sur celles-ci un consensus,  en fonction de ses moyens et de mettre les forces de travail nécessaires sur l'essentiel, sur les dossiers qui ont les meilleures chances d'aboutir. Et surtout ne pas oublier  les communes et les habitants car sinon, on ne plantera pas un clou.  Les liste ne suffisent pas, la concertation est essentielle. Au niveau des communes, la méthode du Conseil d'Etat de passer par dessus ceux qui vivent sur un territoire donné, à l'exemple du projet de loi fixant  la répartition des taches entre communes et canton, n'aboutira qu'à des prises de becs dans tous les domaines, y compris celui de l'aménagement. Et je crains que le Grand Conseil, une fois saisi de ce projet de loi, n'en rajoute une couche, mais... après les élections communales bien sûr...


Enfin, et en regard de la votation sur ECOPOP du 30 novembre prochain,  tant que le flot de nouveaux arrivants qui ne tarira pas pas, JAMAIS on ne construira assez pour les loger tous !
Cette agitation du parlement juste pour prouver qu'on existe m'énerve au plus haut point.

Les commentaires sont fermés.