03/03/2015

Sauvage et précieux

A l'occasion de la journée mondiale de la vie sauvage, la CITES tenait colloque ce matin à l'AIG (aéroport international de Genève)

Sauf quau même moment et quasiment au même endroit, avait lieu l'ouverture du salon de l'auto. Difficile dans ces cas de galérer à armes égales. Pour les intervenants et même en TPG, y accéder, tenait du parcours de combattant. En route, la nature a perdu, François Longchamp notamment. Absence regrettée ? Remarquée en tous cas.

Si lAIG peut se targuer dabriter sur son terrain 220 espèces végétales et 120 espèces d'oiseaux, lappauvrissement de la biodiversité, du fait du trafic d'espèces en danger, est dramatique. Si l'on peut saluer l'engagement des nations à lutter contre le fléau, force est de constater que sans un renforcement drastique de la législation et des sanctions, le combat est perdu d'avance. Ne nous leurrons pas, tant qu'il y aura un marché et donc des acheteurs, il y aura des vendeurs de "tout poil". Pour ne prendre que lexemple de livoire, on espérait de la Chine, premier consommateur de ce commerce illégal, plus que lannonce dune hypothétique interdiction prochaine, on attendait avec impatience le jour où  elle annoncerait l'avoir prononcée. Le 3 mars aurait pu être ce jour, il ne l'a pas été.

Et cest là tout le drame de notre humanité. Nous savons ce qu'il y a à faire et nous le faisons pas. Pourtant, dans ce domaine comme dans tant dautres, il est temps de passer aux choses sérieuses.

It's time to get serious about wildlife crime !

17:31 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.