18/03/2015

Au secours, les normes vont nous tuer encore plus sûrement que les accidents contre lesquels elles sont supposées nous protéger

Après les prescriptions de constructions imposées pour protéger le climat, voilà qu'arrivent celles visant à nous protéger contre les risques majeurs et je ne compte même pas toutes les normes de sécurité (électriques, incendie, etc). Celui qui pensait encore pouvoir construire à Genève, verra bientôt ses espoirs anéantis. Le coût de la construction alourdi des normes deviendra prohibitif.

Après les limites à la construction de logements imposées par le bruit des avions, le passage d'un pipeline ou celui du chlore par le rail, faudra-t-il aussi tenir compte du passage de matières dangereuses  transportées par la route ?

Le droit relatif au transport de marchandises dangereuses par route et celui concernant le transport de ces marchandises par le rail concordant pour l'essentiel, le long des routes concernées, on ne pourra construire que des immeubles (si on peut encore en construire) dont les fenêtres ne pourront pas s'ouvrir Belle perspective en matière de qualité de vie pour les futurs habitants !

A Genève, le territoire devient tellement contraint que l'on serait bien inspiré de dresser un plan des derniers lieux raisonnablement encore qualifiables de vivables.

Ces restrictions drastiques deviennent prohibitives en terme de coût et inacceptables en termes de qualité de vie. On pourrait même les qualifier de discriminatoires pour ceux qui habitent dans des bâtiments existants qui eux ne vont pas pour autant être démolis alors même que les risques sont potentiellement les mêmes. Ces habitants-là sont-ils « moins indispensables » que les futurs habitants ?

Entre la volonté de construire et celle de sécurité, on atteint les limites de la quadrature du cercle et...gare à celui qui envisagerait de rénover son bâtiment ! Je prédis que lassés par tant de contraintes, bien des propriétaires plutôt que de rénover au prix fort préfèreront laisser pourrir sur pied leur bâtiments. On a déjà un beau précédent avec les normes drastiques imposées aux bâtiments patrimoniaux.

Je me réjouis de la réponse qui sera donnée à la question que je viens de poser au Conseil d'Etat...
QUE substances dangereuses.pdf

15:26 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Merci Madame Meissner. Merci d'aller ferrailler avec des opposants pénibles, fatigants et fatigués d'ailleurs. C'est grâce à des gens comme vous que je me réconcilie avec la démocratie parlementaire. C'est parce que des gens comme vous portent haut et fort ma pensée que j'accepte enfin de déléguer mes pouvoirs.

Écrit par : PIerre Jenni | 18/03/2015

Votre article confirme le bien fondé d'une question de plus en plus lancinante car on est nombreux a attendre des normes contre la bêtise humaine celle-là même qui déjà faisait dresser le cheveux sur la tête d'Alfred
Nobel
Très belle soirée pour Vous Madame Meissner

Écrit par : lovejoie | 18/03/2015

Les commentaires sont fermés.