07/04/2015

Luc nettoyeur

Une semaine plus tôt, on aurait pu croire à un poisson d’avril, mais non. C’est bien une histoire où les poissons sauvent  leur peau,  mais pour de vrai, la plage des Eaux-Vives qu’on croyait ensablée dans les méandres de l’administration, ressort  pour de vrai, grâce au Conseiller d’Etat Barthassat. Et quelle plage, celle du WWF ! Tel l’intrépide Léon d’un film français bien connu, notre Conseiller d’Etat, Barthassat n’a peur de rien et ressort, les uns après les autres, les cadavres de projets laissés à la postérité par ses prédécesseurs. Un vrai nettoyeur… Après la réouverture de la rue de l’Ecole de Médecine et  la réouverture de l’ancienne route de Vernier, le voici, intrépide, qui embraye sur le projet de la plage des Eaux Vives.  J’en suis ravie à plus d’un titre, d’abord parce que j’ai toujours cru que le projet du WWF était le seul qui soit acceptable car il apporte un plus pour la nature  et ensuite,  en tant qu’auteure d’une motion qui demandait que  le projet du WWF  qui soit choisi comme compensation à l’éventuelle traverse de la rade. Eh oui, j’avais osé comme disait alors un journaliste de notre chère Julie. La rade étant tombée à l’eau et la plage du WWF étant ressortie du bac à sable, je pourrais retirer ma motion pour le plus grand bonheur pour notre président du Grand Conseil qui verra ainsi son ordre du jour un peu plus épuré. Quant au Conseiller d’Etat, il lui restera cependant un écueil de taille pour parvenir à ses fins : a-t-on encore l’argent pour investir dans une plage  alors que tant d’écoles décrépies méritent qu’on les rénove ? Et puis avant de faire trempette, je lui conseille de faire attention durant son nettoyage de printemps à ne pas confondre l’acide de Léon avec l’Ice bucket de son challenge, ça pourrait faire mal !

Léon et Luc.jpg

21:57 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.