27/04/2015

Des riverains condamnés à disparaître ?

L’aéroport s’adapte à sa croissance débridée titrait la Tribune. Et les riverains ? Comme tant d’espèces confrontées à un changement trop rapide de leur habitat, sont-ils condamnés à disparaître ?

Tôt ou tard, les Genevois devront  décider si la croissance sans limite de leur aéroport justifie le sacrifice d’une partie de leur territoire, habitants actuels et futurs compris.

Le bruit des  235'000 mouvements prévus (atterrissages et décollages) toucheront un territoire plus vaste et ce, malgré les avancées technologiques. De fait, Bellevue, Genthod, Versoix, Vernier, Aire-la-Ville Cartigny, perdront une grande part de leurs surfaces constructibles pour du logement. Qu’on ne vienne pas ensuite nous demander de déclasser de nouvelles zones villas si on brade sans broncher plus de 400'000 m2 de terrains constructibles !

Le Grand Saconnex et Meyrin aussi subiront indirectement la croissance de l’aéroport. Les zones villas sises le long de l’avenue Louis Casai, des chemins des Terroux et du Jonc,  et  Cointrin sont vouées à être transformées en immeubles. Si c’est pour compenser les 400’000m2 perdus dans les communes subissant les bruit des avions, on peut se demander où est le gain en nombre de logements ? 

La croissance aéroportuaire a aussi un coût financier. Ce sont les ouvrages aéroportuaires qui font aujourd’hui augmenter la dette de l’Etat. Et ce n’est pas fini. Tout compris, les travaux d’agrandissement rendus nécessaires pour accueillir 25 millions de passagers, friseront  les 2 milliards.

Et puis, il y a le coût payé en termes de qualité de vie ?  Au-delà du fait que les habitants de la rive droite ont aussi le droit de dormir la nuit, 25% des oxydes d’azotes émanent aujourd’hui de l’aéroport et les cas de maladies respiratoires sont en augmentation.

Enfin, en admettant qu’en bétonnant les dernières surfaces vertes et en expédiant l’aéroclub et l’aviation d’affaires à la Blécherette, l’aéroport parvienne à absorber le surplus de trafic sur le tarmac, comment diable allons-nous faire pour absorber sur les routes le surplus de trafic qui conduira ces  25 millions de passagers  à l’aéroport ?

Je suis presque née dans un avion et j’apprécie toujours de les voir atterrir ou décoller depuis ma terrasse, le bruit n’a plus rien à voir avec celui des Caravelles et l’isolation phonique fait des miracles. Mais pas question de revoir le spectacle toutes les 90 secondes 650 fois par jour et jusqu’à tard dans la nuit car le nombre d’atterrissages après 23heures ne cesse d’augmenter.  La croissance a des limites, il faudra bien se résoudre un jour, à  l’admettre.

A travers la pétition lancée par les associations d’habitants des communes touchées par les nuisances nocturnes, nous souhaitons que le débat ait lieu dès maintenant et nous voulons être associés aux discussions notamment sur la planification sectorielle aéroportuaire (PSIA) qui nous inquiète.

Pétition pas d'avions entre 23h et 6h du matin : signer et faire signer

Pour en savoir plus

 

18:26 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Merci madame pour votre excellent article, mais aussi pour votre initiative, que j'ai signée.
C'est la première fois que la pollution des avions est quantifiée et mise en lumière.

"Au-delà du fait que les habitants de la rive droite ont aussi le droit de dormir la nuit, 25% des oxydes d’azotes émanent aujourd’hui de l’aéroport et les cas de maladies respiratoires sont en augmentation."

Je me demande d'ailleurs pourquoi les Verts n'en parlent jamais de cette pollution.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 28/04/2015

Les commentaires sont fermés.