Usine d’embouteillage des eaux de Divonne, qui mène le bal ?

Imprimer

La salle de l’Esplanade à Divonne-les Bains était pleine à craquer vendredi soir 24 mai pour la présentation du projet d’usine d’embouteillage de eaux minérales de Divonne. Une majorité d’habitants mais aussi des personnes venues de Suisse et même de plus loin, de Vittel étaient là.

Vincent Scattolin, maire fraîchement élu (et ancien fonctionnaire de l’Etat de Genève), a insisté sur les retombées économiques et les recettes qui découleraient du projet (500’000 euros/an pour la commune + la vente de la parcelle sur le site d’Arbère de 5 km2). Il a rappelé l’exemplarité environnementale de ce projet sans en dévoiler quoi que ce soit.

  1. Sabaté pdg d’Andrenius devenue depuis Société d’embouteillage de l’eau de Divonne a insisté lui aussi sur ce projet très novateur : aucun camion ne circulera avec des moteurs thermiques, l’usine sera quasi souterraine, elle ne dépensera aucune énergie, même les bouteilles plastiques expédiées en Asie seront récupérées. Mais comment ? Aucun plan, aucune image, rien n’a été dévoilé, tout est top secret (à tel point d’ailleurs qu’aucune info n’est disponible sur cette nouvelle société, ni son projet, en tous cas je ne les ai pas trouvées). Les derniers mots de son exposé m’ont interpellée :

«L’eau de Divonne est un trésor liquide ! Il serait dommage qu’elle finisse au robinet au lieu de finir en bouteille »

A l’heure des questions extrêmement nombreuses, j’ai retenu l’intervention de personnes venue de Vittel (https://www.leauquimord.com/). Une ville française qui ressemble beaucoup à Divonne. Là-bas, les eaux minérales sont pompées de longue date dans une nappe bien plus profonde qu’à Divonne, et l’eau de Vittel, les habitants en profitent aussi puisqu’elle coule du robinet ! Tout allait bien jusqu’à la reprise par Nestlé de l’exploitation des eaux minérales de Vittel. Le pompage est devenu effréné, la nappe souterraine surexploitée est gravement menacée et les conséquences se ressentent loin à la ronde : Les maisons se fissurent, le sol s’assèche, les arbres des parcs meurent, les paysans n’ont plus assez d’eau pour leurs cultures, les villages non plus. L’eau venue d’ailleurs doit leur être acheminée maintenant par camion pour les alimenter, un comble pour une ville d’eau.

Après les propos peu clairs de M. Patrick Sabaté sur son projet dont on ignore tout (même la séance du municipal acceptant le projet s’est déroulée à huis clos) et l’exposition d’une situation très factuelle et catastrophique présentée par les habitants de Vittel, je ne pouvais que me poser des questions.

Divonne mettrait-elle sa réputation, ses relations transfrontalières, son énergie, ses politiciens en jeu pour un projet tellement fumeux mené par une société quasi inconnue, quasi sans ressource, ni financière ni humaine ?

A l’issue de cette soirée, je me suis dit que le projet de M. Sabaté n’était pas crédible et que toutes les têtes pensantes de Divonne ne pouvaient pas cautionner un projet pareil. Ca n’était pas sérieux, à moins que… Le marché des eaux minérales est énorme, c’est l’or bleu d’aujourd’hui et de demain pour une Asie qui a dévasté ses cours d’eau et ses propres sources. Les enjeux financiers sont tels que seules des multinationales déjà très présentes sur ce marché le tiennent. Elles cherchent toutes de nouvelles sources pour alimenter leurs caisses.  A mon avis, M. Sabaté et sa société sont un leurre. Ce qu’il faut découvrir c’est qui, quelle multinationale se cache vraiment derrière ce projet ?

J’espère que le parlement qui examinera la motion que j’ai déposée le 15 mai 2019  M2562 « Les eaux souterraines de la Divonne/Versoix ne doivent pas finir en bouteilles » aura les moyens de le découvrir et le gouvernement genevois le courage d’intervenir.

Lien permanent Catégories : Politique 3 commentaires

Commentaires

  • Vincent Scattolin élu maire de Divonne-les-Bains le 09.02.2019

    Vincent Scattolin, était, depuis 2008, adjoint à l’urbanisme au côté d’Etienne Blanc. Urbaniste de formation, il a exercé son activité professionnelle en même temps que son mandat jusqu’en décembre 2018. Encarté chez les Républicains.

    Ce Monsieur n'a visiblement pas encore trouvé le temps de mettre à jour son CV sur Linkedin où il apparaît encore comme Chef de Service à l'Office de l'urbanisme (OU) à l'Etat de Genève.

  • Un ancien fonctionnaire de l'état de Genève?? Et combien y a t il en Suisse de suisses, ancien fonctionnaire de l'état .........français??

  • Madame Meissner vous avez raison à propos de M. Sabaté. Je pense toutefois que l’essentiel de conflit n’est pas avec l’investisseur, mais avec le projet lui-même.

    La déception vient du fait que les Divonnais et les Gessiens ne veulent pas de projet d’embouteillage de 400 millions de bouteilles en plastique transportées par des poids lourds qui vont saturer, abîmer et polluer nos routes et dont les bouteilles envoyées en Asie finiront dans la mer. Ils ne veulent pas que notre ressource en eau soit pillée et qu'on reçoive en contre-partie l'aumône de 50 euros par habitant et par an (recettes de 500 000 euros confirmé par le maire lors de la réunion. Sans compter tous les frais innombrables liés à ce projet à déduire de cette somme).

    Oui, vous avez raison, Patrick Sabaté est un guignol. Mais si Nestlé ou Vittel portent ce projet, les effets dévastateurs seront encore pires (voir la guerre de l'eau à Vittel où les habitants ne pourront bientôt plus boire au robinet l'eau minérale et vont devoir faire un pipeline pour importer leur eau potable !). Les Gessiens ne veulent pas que ce projet que les conseillers de Divonne ont approuvé à deux reprises sans consultation de la population.

    Nous sommes en faveur d’une vie économique et dynamique à Divonne, mais pas à n'importe quel prix pour notre ville, notre qualité de vie, et l'environnement.

    Vous pouvez vous tenir informer des nouvelles de notre combat en rejoignant stopembouteillage@gmail.com ou par Facebook

Les commentaires sont fermés.