Nature - Page 2

  • Lettre à Knie et à ses éléphants,

    Imprimer

    éléphants, KnieC’est la dernière fois que les éléphants seront de la tournée du cirque Knie. Une page se tourne et j’en suis toute retournée.  Je comprends vos raisons. Entre la pression des associations qui défendent les animaux et les conditions de plus en plus difficiles qui prévalent dans nos villes, vous avez dû vous résoudre à renoncer à les emmener avec vous à la rencontre du public. Pourtant quel émerveillement, quelle surprise exceptionnelle que voir dans sa ville, sa rue … des éléphants et de les accompagner sur leur chemin vers la gare. Quel plaisir que de rire de la drôle de tête des passants et de celle de nos plus hautes autorités les saluant.  Je m’en souviendrai d’ailleurs longtemps de cette séance du Grand Conseil au cours de laquelle nous avions eu à traiter d’une résolution* que j’avais déposée pour que cette tradition se poursuive, résolution que tous les partis avaient soutenus chacun pour des raisons plus étonnantes les unes que les autres**.

    Ayant eu le privilège d'assister durant tant d'années à leur numéro de cirque ainsi qu'à leur sortie,  déjeuner et salut des autorités, j'ai encore de la peine à m'imaginer Knie sans ses éléphants. Ils font tellement partie de Knie, de votre vie et de notre vie. Dire Adieu aux éléphants, c’est un peu comme si vous nous demandiez tout d’un coup de grandir !  

    Car la perte de cet événement est aussi celle du passé, de notre enfance et de notre cité. Pourtant, la mémoire s'enrichit par des rituels communs, s'appuyant sur des objets concrets. Or quoi de plus concret qu'un éléphant ? Les enfants ont besoin d'extraordinaire pour alimenter leurs rêves et de l'émotion d'une rencontre peu commune pour bâtir leur équilibre. Comment espérer leur faire aimer l'éléphant, et à travers ce dernier la nature et faire en sorte qu'ils veuillent la préserver libre, s'ils ne l'ont jamais connu autrement que derrière des barrières?

    Je souhaite à vos éléphants une belle et longue retraite à Rapperswil.  Je sais que vous saurez, chère famille Knie, les rendre heureux et bien les traiter comme vous l’avez toujours fait. Merci et merci de le leur transmettre  mes salutations.

     Adieu aux éléphants, courrier des lecteurs Tribune de Genève du 5 septembre

    * Résolution R636  Pour le défilé des éléphants Réponse du Conseil d’Etat 13 septembre 2011/ Résolution adoptée Votée le 14 octobre 2011

    ** Séance du Grand Conseil du 9 juin 2011

    Lien permanent Catégories : Loisirs, Nature, Politique 1 commentaire
  • Le parlement des hérissons 2012

    Imprimer

    Gabriel5jan.jpg70% des 127 hérissons accueillis dans mon centre l'an dernier ont pu retrouver la liberté. Ce n'est qu'un tout petit geste pour la nature, tant d'animaux disparaissant du fait de notre présence et de notre empreinte de plus en plus envahissante et destructrice sur la planète. J'y reviendrai dans de futurs blogs.

    Avant que le travail ne me submerge à nouveau et nous absorbe tous dans une course effrénée, je vous propose de découvrir les chroniques hérissonnes complètes de l'année 2012 et les aventures piquantes des 127 hérissons recueillis. Elles s'ajoutent à celles de 2011. Pour rappel, entre 2011 et 2012, ce sont les prénoms de député(e)s que les hérissons recueillis ont porté. Comme le nombre d'hérissons accueillis au centre a dépassé celui des députés (+ Conseil d'Etat), ce sont les prénoms du personnel du secrétariat du Grand Conseil qui ont suivi... vu leur engagement conséquent à nos côtés, je ne pouvais les oublier. A chacun son parlement, certains y voient des primates, n'est-ce pas Grégoire, je préfère imaginer des hérissons, question de point de vue...
    Si je trouve le temps, je compléterai les chroniqued d'une vision du parlement des hérissons d'ici peu

    Je souhaite à toutes et tous une belle année 2013, pleine de piquants.

    Chroniques herissonnes 2012.pdf

    Chroniques hérissonnes pécédentes


    Lien permanent Catégories : Nature 0 commentaire
  • A l'évidence le viagra ne suffit pas !

    Imprimer

    A la machette, à la mitraillette, au fond de la brousse et même dans les musées,  la corne de rhino est pourchassée sans répit partout. A cause d'un appendice nasal truffé de soi-disant vertus, le rhino est victime d'un massacre qui a pris des proportions insoutenables.  Et dire que j'avais pensé que le viagra sauverait les rhinocéros. A l'évidence, le viagra ne suffit pas à satisfaire la demande insatiable de désir viril à tout prix. Car la corne de rhino, c'est vraiment la panacée : contre le cancer,  contre la gueule de bois et il parait même qu'elle porte-bonheur en Chine et au Vietnam cette corne de malheur. Dommage qu'elle ne guérisse pas de la bêtise humaine.

    Pour donner une voix au rhino avant qu'il disparaisse à jamais  signez la pétition pour faire bouger les gouvernements

    whiterhino.jpg

     

     

    Lien permanent Catégories : Nature 3 commentaires
  • A la course contre l'homme, la tortue n'a aucune chance

    Imprimer

    Après avoir parcouru des milliers de kilomètres pour retrouver la plage qui l'a vu naître, la tortue se traîne péniblement sur le rivage. A bout de forces, elle s'épuise encore et encore pour creuser  des heures durant, une cache suffisamment profonde pour y pondre ses précieux oeufs. Hélas, le trou ne sera jamais assez profond contre l'avidité de l'Homme. Il n'attend même plus que la tortue soit partie pour piller jusqu'au dernier oeuf.

    Pauvre tortue marine, si tu échappes au piège du plastique qui jonche l'océan, aux marées noires, aux substances mortelles qui t'étouffent ou te rendent malade à mourir, au filet du pêcheur qui entrave ta longue route, tes petits, eux, ne verront jamais le jour.

    Et un jour pas si lointain, ce sera les petits de l'Homme qui parcourreront le rivage, dans une quête desespérée de lendemain et qui comme toi aujourd'hui, n'y trouveront plus rien pour assouvir leur faim.

    On leur aura tout pris, même leur destin.

    Ces images de 2010, reprises récemment sur you tube sont-elles hélas toujours d'actualité ? Il y a fort à craindre que oui car rien n'indique que quoi que ce soit ait changé. Car quand ce ne sont pas les pilleurs du sud qui anihilent les populations directement, c'est notre mode de vie à tous qui met fin à la leur.

     

    Tortue1.jpgTortue2.jpgtortue3.jpgtortue4.jpgtortue5.jpgtortue6.jpgtortue7.jpgtortue8.jpg

    Lien permanent Catégories : Nature 0 commentaire
  • La nature n'est pas à la fête

    Imprimer

    La biodiversité disparaîtrait moins vite qu'on ne le pensait.  De nouveaux savants calculs d'experts le prouvent et trouvent même que c'est une bonne nouvelle. A mon avis, que l'on fonce à 60 ou à 100 km/h, ne change pas grand-chose, on va quand même droit dans le mur.

    Totalement déconnecté de la réalité, immergé dans son monde virtuel, l'homme moderne modélise par écrans interposés sa propre extinction et s'en réjouit.

    Un tel exploit mérite d'être célébré, et ça tombe bien, c'est la fête à la nature !

    DSC01271.JPG.jpgQuoiqu'en disent les experts, la nature, elle, disparaît, loin des yeux, loin du cœur... Rares sont en effet les espèces sauvages qui parviennent à s'adapter et à partager notre mode de vie qui leur est de plus en plus hostile. Quant à celles qui s'y aventurent, elles y succombent trop souvent sans qu'il n'y ait personne pour s'en apercevoir.

    Avant de disparaître sur le terrain, c'est faute de l'avoir revue qu'on perd la nature. Alors, pour ne pas l'oublier, allez réapprendre ou apprendre la joie de l'observation de toutes ces espèces qui côtoient notre quotidien, malgré tout, c'est essentiel.

    Moi, pour ce jour là, je vous offre quelques chroniques hérissonnes.

     

    Lien permanent Catégories : Nature 1 commentaire