19/02/2010

Pour que vive le cèdre d'Ikea !

A la route de Vernier, les grues s'élancent vers le ciel et les pelleteuses creusent toujours plus profond le trou béant où viendra s'implanter le futur centre d'Ikea. Coincé entre la route et le chantier qui émerge de terre, un bouquet d'arbres a miraculeusement échappé aux tronçonneuses. Parmi eux, un cèdre majestueux déploie sa silhouette imposante et rivalise de hauteur avec les constructions humaines. Dans le chaos du trafic incessant, entre béton et bitume, les planificateurs ont réussi à lui accorder la vie pour notre plus grand bonheur. Nous l'imaginions déjà, immense, souligner d'un vert vivant le bleu métallique du nouveau temple de la consommation. Rêve fou ? Espoir bientôt déçu ? Ne sera-t-il pas bientôt abattu comme tant d'autres pour cause de blocage inacceptable de voie publique ?

Je regarde chaque jour cet arbre et je suis inquiète sur son avenir. J'aime ce cèdre symbole de vie, lien mémorable entre passé et présent, marque immuable dans un paysage changeant. Il résiste aux assauts de l'urbanisation depuis près d'un siècle, et je n'ai pas envie de le voir disparaître en 2010, transformé en étagère ou en bois de chauffage.

Architectes, concepteurs et aménagistes, en cette année mondiale de la biodiversité, conciliez votre discours planificateur à vos actes sur le terrain, faites preuve d'imagination, construisez en intégrant la nature à notre environnement. Plutôt que de nous servir du reverdissement post mortem, préservez un arbre séculaire bien vivant et vigoureux, laissez-nous notre cèdre de bienvenue à Vernier !

Article paru dans le journal Actualités Vernier de février 2010

PS suite à l'article de la tribune de Genève du 19 février "La route de Vernier s'élargira pour Ikea"

"Au début on était inquiet. Mais sur la base des chiffres et avec les mesures envisagées, le surplus de trafic pourra être absorbé"  dixit la direction générale de la mobilité (DGM). Les conceptions de la DGM sont toujours aussi déconnectées de la réalité du terrain. Si le cèdre survit au chantier, il servira au moins à attacher un observateur de la DGM afin qu'il puisse effectuer le suivi de son plan de mesures in vivo. Les automobilistes habitant Vernier qui empruntent la route du Nant d'Avril sont verts de rage, rient jaune et voient rouge.

16:54 Publié dans Nature | Tags : ikea, cèdre, mobilité, vernier | Lien permanent | Commentaires (4)

26/11/2009

Il ne fait pas bon être un ours en Suisse

Décidément, les ours n'ont qu'à bien se tenir. Qu'ils soient sauvages ou parqués, les ours ont la vie dure en Suisse. Au-delà de souhaiter un bon rétablissement à Finn, la dernière victime en date, je profite de l'ours pour parler de tous les autres grands prédateurs qui tentent de survivre sur notre territoire et qui sont victimes d'à priori bien ancrés. Tenez, par exemple le loup, est-il vraiment le seul grand responsable du passage de vie à trépas des moutons ou juste un alibi bien commode pour toucher des subventions ? Les associations environnementales font bien de rappeler que sur les 250'000 moutons estivés dans les Alpes suisses, seule la moitié d'entre eux sont gardés par un berger, que 8'000 à 12'000 moutons perdent la vie chaque été à la suite d'accident, de maladies et de chutes et seulement 200 sous les crocs du loup. Le communiqué de presse des associations PSA, Pro Natura, WWF du 19 novembre 2009 est à ce propos très instructif  091119_CP_Subv_moutons.pdf

Quant à Zébulon, il préconise d'arrêter de raconter l'histoire du petit chaperon rouge aux enfants ou de remplacer le loup par un grand méchant pédophile à deux pattes, ce qui serait beaucoup plus crédible comme risque potentiel couru par les enfants de nos jours. Celà aurait comme mérite de changer considérablement nos à priori à l'âge adulte.

 

15:10 Publié dans Nature | Tags : ours, finn, suisse | Lien permanent | Commentaires (1)

26/09/2009

Noria s'invite dans ma campagne

Noria est arrivée hier soir, alors que je me mettais enfin à écrire consciencieusement à mes amis afin qu'ils m'accordent leur soutien dans ma campagne de candidature au Grand Conseil. Apportée par une gentille famille de Satigny, cette hérissonne ne payait pas de mine. Mais vraiment pas du tout. Affaiblie, froide, et d'une maigreur à faire peur, je ne donnais pas cher de sa survie au grand dam des petites filles qui avaient trouvé la pauvre bête. Les adresses furent mises de côté au profit du hérisson. En commrnçant par les soins des coussinets abîmés et sanguinolents tant la pauvre avait arpenté une prison de béton dont elle ne serait jamais sortie sans l'aide des enfants, puis la prise d'un bon fortifiant, de l'eau, pour terminer dans un nid chaud et calme, j'ai fait mon possible, à elle de faire le reste, si elle le voulait bien. Aujourd'hui, Noria est encore vivante, elle a mangé et bu seule, un petit peu seulement, mais c'est déjà tout celà de gagné. J'ai pu sortir à la rencontre de mes semblables toute la journée avant de refaire les soins de base en rentrant. Cette nuit, j'ai repris  mes envois et Noria s'est remise à manger ses croquettes. Bienvenue dans ma campagne !

23:49 Publié dans Nature | Tags : herisson, nature, soins, campagne | Lien permanent | Commentaires (1)

12/05/2009

Arrêtez le massacre !

Marre des hérissons qui se font écraser sur la route, arracher les pattes à la débroussailleuse, empoisonner par les anti-limaces ! Alors ami conducteur, lève le pied. Ami jardinier, laisse vivre les herbes le long des haies et évite les antilimaces au métaldéhyde, même s'ils sont en promotion à la caisse par cartons comme à Jumbo !

Merci

21:19 Publié dans Nature | Tags : hérissons, jardin, nature | Lien permanent | Commentaires (2)

06/10/2008

17'000 espèces menacées de disparition

Hier c'est ouvert le quatrième congrès de l'Union mondiale pour la conservation de la nature (UICN). 2'000 personnes qui  débattent des relations entre société, développement et conservation de la nature aux niveaux régional et mondial et qui pensent même à  prendre des mesures, c'est une bonne nouvelle. 17'000 espèces menacées de disparition, c'est 600 de plus qu'en 2007, c'est une bien triste nouvelle. Espérons que les mesures préconisées  seront à la hauteur des enjeux. Allez Willy, chouette chevêche, diable de Tasmanie et oiseaux du paradis, ours brun et blanc, comptent tous sur toi !

Parmi les mesures, il y a celle de réserver d'avantage d'espaces pour les espèces. Du côté de Genève, c'est mal parti car il n'est question que  de densifier. 

Zébulon, qui broie du noir

23:48 Publié dans Nature | Tags : espèces, nature | Lien permanent | Commentaires (6)