20/06/2012

Transfert de fonds et projets transfrontaliers à sens unique ?

Conditionné à la signature du projet d'agglo2, un fonds pour financer les projets transfrontaliers sera créé. Côté projets, ils sont tous situés sur le territoire français. Côté Genevois, on ne fait que financer à hauteur de 240 millions d'euros. Un fonds transfrontalier pour financer des projets transfrontaliers ne devrait-il pas inclure aussi des projets côté genevois et une contribution financière française ?

Vu que les projets français s'élèvent à 700 millions d'euros et visent, pour beaucoup d'entre eux, à résorber les problèmes d'engorgement des routes par le trafic individuel (ferroviaire hors CEVA, parkings relais, etc.). Vu que la traversée de la rade (initiative de l'UDC qui vient d'aboutir) répond au même besoin, s'adresse aux mêmes usagers et coûtera l'équivalent en francs, pourquoi ne pas inclure ce projet-là dans la liste ? Mode de transport et mobilité transfrontalière abordés de manière parfaitement complémentaire et équilibrée, on peut rêver...

 

 

18/06/2012

Stauffer, premier à Vernier

Stauffer sort premier dans les communes suburbaines, le Conseil d'Etat ferait bien de se demander pourquoi. A titre personnel, je pense que nous lui donnons notre voix, car le Conseil d'Etat ignore la nôtre.

Les habitants de Vernier, Onex, Meyrin, Lancy ne se reconnaissent plus dans les partis de l'Entente ou de l'Alliance rose-verte et se rallient aux seuls partis qui les défendent tant au niveau communal que cantonal, l'UDC et le MCG.

A Pierre Maudet de relever le défi en matière de sécurité et de qualité de vie, et à François Longchamp de poursuivre ce qu'il a initié en matière de logement et d'aménagement. Genève a besoin d'un gouvernement non partisan, oeuvrant d'abord pour ses habitants.

11/05/2012

Merck Serono, l'UDC l'a fait, au Conseil d'Etat d'agir !

Echos du parlement - 11 mai 2012

Merck1mai2012.JPGC'est hélas lorsque les catastrophes surviennent que l'être humain réagit, enfin. Sentant que tôt  ou tard, nous serions touchés, tant le groupe socialiste que le groupe UDC, avaient déposés en novembre 2011 des textes demandant à notre gouvernement et à la Confédération d'anticiper, de prévenir plutôt que guérir. Mais voilà, rien ou trop peu a été entrepris. Aujourd'hui le mal est fait et c'est dans l'urgence qu'il faut réagir.

Et réactions il y a eu. Des parlementaires de gauche, des Verts et même UDC (enfin je parle pour moi) ont manifesté leur solidarité en étant présents aux côtés des employés. Puis UDC, PDC, Socialistes ont chacun tentés, à leur manière, de trouver comment, au mieux, pallier aux conséquences, en termes d'emplois, de recherche, et même de reprise de bâtiment et ont déposés des textes devant ce parlement.

Avec ses invites, la résolution du groupe PDC (R692) demandait au Conseil d'Etat

-     de maintenir l'industrie biotech à Genève;

-     de préserver le bâtiment de Merck Serono pour l'industrie et/ou la recherche parce qu'il le vaut bien;

-     à se coordonner avec la Ville, la Confédération et même les privés pour sauver des emplois ;

-     à agir fiscalement pour alléger les jeunes entreprises, pensant sans doute à celles que les employés actuels seraient tentés de créer.

-     à recommander la prolongation de la durée de la procédure de consultation.

 

Avec ses invites, la résolution du groupe Socialiste (R693) demande au Conseil d'Etat, au Conseil fédéral et à la France voisine

-  d'intervenir pour que Merck Serono ne ferme pas

-  à faire de sorte que les droits des travailleurs soient préservés et eux aussi, que la procédure de consultation soit prolongée au-delà du 16 mai

-  à œuvrer afin de développer à Genève un tissu économique durable et diversifié, ce qui est vaste mais de manière générale indispensable pour notre futur à tous.

 

Avec ses invites, la motion du groupe UDC(M2085) conscient des limites de nos finances et de nos moyens cantonaux, se tourne résolument vers la Confédération pour demander à cette dernière,

-      d'établir un plan d'urgence stratégique pour l'emploi dans les domaines de pointe et dans notre région plus spécifiquement.

-      de renforcer notamment financièrement les programmes et pôles de recherche scientifiques actuels, cas ils pourraient accueillir et bénéficier des savoirs des chercheurs et techniciens encore présents sur notre territoire mais que nous perdrons immanquablement si rien n'est entrepris.

 

Ces textes étaient complémentaires, car ils demandent d'intervenir à différents niveaux, ils visent à sauver l'emploi, la recherche et le tissu économique.

Ils méritaient tous d'être soutenus par l'ensemble du parlement et ils l'ont été.  Un parlement qui a compris que l'objectif n'était pas de poursuivre la discussion en commission, mais de renvoyer d'urgence, le tout au Conseil d'Etat.

En effet, les discussions en commission n'auraient servi que nos propres intérêts de parlementaires à mieux comprendre, à mieux saisir les enjeux, et au final  l'urgence. Un renvoi en commission n'aurait servi qu'à nous rendre compte que seul l'Exécutif  peut actionner des leviers que nous n'avons pas en tant que parlement.

Notre rôle le 10 mai, était de donner un signal clair au Conseil d'Etat qui tient en une seule phrase :  A vous d'agir et vite !

Les employés de Merck Serono, n'ont pas le temps d'attendre le fruit de nos discussions futures autour de projet de loi qu'il s'agira de déposer.  De nos intentions futures, l'employé bientôt chômeur n'en a cure. Pour lui le changement de vie c'est maintenant.

A 23h, le 10 mai, le parlement a accepté l'urgence, a soutenu les 2 résolutions PS et PDC et la motion UDC et les a tous renvoyés au Conseil d'Etat.

Ce dernier, dont le seul représentant était Pierre François Unger, a remercié le parlement pour son engagement. Il avait besoin d'un signal fort, et a remercié l'UDC de lui avoir donné ce signal. Car en effet, le seul texte qui dépasse la simple déclaration et qui donne l'obligation au Conseil d'Etat d'agir, c'est une motion et non pas une résolution. Et la seule déposée sur un sujet aussi important venait de l'UDC... Il nous a remercié de l'avoir déposée, a demandé au parlement un soutien unanime. Le parlement l'a donné, au-delà des clivages politiques. C'était une grande première, dans tous les sens du terme. Cela méritait d'être relevé. Et je  suis fière d'avoir œuvré pour que notre parlement agisse, et le fasse dignement et rapidement. Un grand merci !

Au Conseil d'Etat de prendre le relais et de faire tout ce qui est en son possible pour donner un futur aux futurs ex-employés de Merck Serono.

Voir aussi mon blog du 29 avril

Au tour de Proctor et Gamble ?

 

 

08/05/2012

Imposons l'éthique au monde économique

La fiscalité des entreprises annonce un vaste débat. Ne nous y perdons pas. Ce qui importe autant que le taux d'imposition c'est l'égalité de traitement entre les entreprises locales et les multinationales. Ainsi, il faut avoir le courage d'imposer à ces dernières, qu'elles respectent une charte éthique, sociale et environnementale sur notre sol comme ailleurs. Des « perles » tachées de sang sur d'autres continents ? Non merci !

Le Conseil fédéral et le Parlement doivent faire en sorte que les entreprises ayant leur siège en Suisse respectent les droits environnementaux et sociaux partout dans le monde.

 

 

09:44 Publié dans Politique | Tags : multinationales | Lien permanent | Commentaires (1)

05/05/2012

Freysinger et le Pôv'nounours

ours brunvisa.jpgLes Grisons ne veulent plus des ours

Repousser ces étrangers plantigrades hors du pays,  c'est chasser le rêve d'une nature un tant soit peu sauvage aux confins du Trentin. Triste destin pour nounours au pays de Heidi. La place est prise par l'Homme qui veut tout réguler sauf son propre nombre. Après le loup, l'ours ? C'en est trop pour mon collègue Freysinger, qui vole au secours des Grisons et prône le permis de tuer avant que l'ours ne tue, aberrant mais loin d'être étonnant de la part d'un valaisan !

Oskar, toi qui est si nature, faut pas être rétrograde. A la vice présidence de l'UDC, je compte sur toi pour défendre nos amis à 2 pattes et même ceux à 4 pattes, dussent-ils être plantigrades !

 

12:15 Publié dans Politique | Tags : ours, udc, freysinger | Lien permanent | Commentaires (4)