Politique - Page 33

  • La mort en direct

    Imprimer

    A propos d'un jugement emprunt d'humanité sur l'euthanasie (Tribune de Genève du 7 décembre 2010)

    L'attitude de mes parents face à la mort était on ne peut plus différente, mon père ne voulait pas en parler alors que ma mère avait réglé de son vivant jusqu'au faire part de son décès.

    Leur heure venue, mon père ne voulait  pas mourir, au contraire de ma mère qui ne supportait plus la décrépitude de son corps.

    J'aurais tout fait pour que mon père puisse encore vivre car je l'aimais et le respectais profondément. Impuissants, les médecins ont soulagé ses douleurs des jours durant et il est mort dans mes bras.

    La détermination inébranlable de ma mère heurtait le corps médical  formé à sauver des vies et le dialogue fut  très difficile. J'ai tout fait pour que sa volonté  d'en finir soit respectée et je n'aurais pas hésité à administrer moi-même la piqûre létale à ma mère car je l'aimais et la respectais profondément.

    Vivre la mort en direct de mes parents m'a appris mieux que toute dissertation, que ce qui compte par-dessus tout, c'est le respect  du choix personnel, de vivre ou de mourir.

     

    Lien permanent Catégories : Politique 2 commentaires
  • A Genève aussi, à l'Initiative de l'UDC on a dit oui

    Imprimer

    Lancy, Meyrin, Onex et Vernier ont voté POUR l'Initiative de l'UDC pour le renvoi des criminels étrangers. Le gouvernement devrait en prendre de la graine en matière non seulement de sécurité, mais aussi en matière d'aménagement du territoire et de mobilité. A force de nous dénigrer systématiquement en nous prenant pour une poubelle, on se rebelle.

     

    Lien permanent Catégories : Politique 7 commentaires
  • Le PAVé dans la mare

    Imprimer

    Mark Muller veut du logement. Mais comment faire ? Là, ça patine. Du coup, pourquoi  ne pas lancer Genève dans les jeux olympiques d'hiver ! Le village olympique  pourra être recyclé en logement pour les genevois et la patinoire fera le bonheur du hockey club.

    Et si on s'occupait de remplir les méga stades vides d'abord. C'est plus dur, et moins vendeur, hélas.

    Mark Muller veut du logement et rêve de  tours, moi aussi, mais pas sûr qu'il les veuille à tout prix. Il parait que les terrains du PAV ne supporteraient pas les tours. Mince alors, mais comment ont-ils fait à Dubai ? Les terrains n'y sont sûrement pas meilleurs mais là bas, il y a de l'argent, et même quand on en n'a plus, il y en a encore. De quoi faire rêver les promoteurs genevois. Vraiment ? Pas sûr. Comme le suggère incidemment, Guy Mettan, ancien président du Grand Conseil,  les entreprises de la place, n'ont pas les moyens de se payer des tours à 100 millions et ne veulent surtout pas de la concurrence de groupes étrangers.

    Voilà, notre Mark Muller bloqué et nous aussi (dans les bouchons en tous cas).

    Allez, Mark Muller, je vous donne une piste que vous n'avez pas encore testée : le PAV dans la mare, alias, construire des tours dans la rade.

    Aucun problème pour remblayer le lac, comme le prouve le projet de plage des Eaux-Vives.

    Aucun problème pour trouver des financements, l'endroit se voit et les riches investisseurs étrangers sont  prêts à construire sans imposer de groupes étrangers (Krapunov pour Genève plage, le Qatar pour un pont, etc.).

    Manhattan  sur Léman, assurera à chacun sa tour. Les 2 bras d'eau nécessaires pour le passage de l'eau du lac au Rhône assureront aussi une pléthore de ponts pour tous ceux qui rêvent de traverser la rade sans bouchons et une pléthore de rives  pour tous ceux qui rêvent de plage.

    Et non, je n'ai pas besoin de sparadrap pour me faire soigner. Mon idée, vaut les vôtres, que je regrette de ne pouvoir découvrir lors de la présentation du PAV du 25 novembre. Je suis occupée à présenter l'intérêt des jardins naturels pour notre équilibre et celui de notre faune sauvage, on ne se refait pas.

     

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire
  • Demain, j'arrête le lard et le cochon

    Imprimer

    Ca fera du bien à la planète et même à ma cellulite, avant les fêtes, ça compte !

    En interdisant à nos producteurs de recycler intelligemment les restes de nos restaurants en alimentant les cochons, l'Europe, encore elle, nous impose de manger du porc engraissé au soja du Brésil, toujours lui.

    Or ce soja, transgénique, est cultivé en lieu et place de la forêt tropicale. Pour faire court, en jetant dorénavant 200'000 tonnes de déchets de table à la poubelle, on transforme la biodiversité en cervelas.

    Cette décision irresponsable, contraire à tout bon sens, à toute diminution de notre empreinte climatique est révoltante.

    La Suisse a fini par plier face à un enième accord avec l'Union européenne pour garder un marché de 500 millions de consommateurs ...de porc. Il y a de quoi changer de religion. Impossible cependant de se rattraper sur le mouton: le blanc fait le bonheur du loup, et des valaisans, et le noir celui de l'UDC.  Une seule solution pour réduire notre destructive boulimie de produits carnés, manger moins de viande.

     

    Lien permanent Catégories : Politique 4 commentaires
  • Quand le parlement fait le jeu des promotteurs à l'insu de son plein gré

    Imprimer

     

    Le rapport de de la commission ad hoc du Grand Conseil, terriblement succinct pour un tel changement de politique sur les zones de développement, le manque de curiosité des députés, allié à un mutisme suspect ont de quoi laisser coi !

    La « petite » modification acceptée en commission puis en plénière sans broncher, à savoir la modification de l'art 2 al1 lettre b de la loi générale sur les modifications de zones (LGZD)  propose que pour les objets à édifier dans les périmètres de développement de la 5e zone résidentielle l'art 5 ne soiit plus applicable.

    Or l'art 5 lettre b de la dite loi stipule que les bâtiments d'habitation destinés à la vente dans ces périmètres répondent, à un besoin prépondérant d'intérêt général. Mais voilà, cet article ne s'appliquera plus.

    Les objectifs de la LGZD ne seront donc plus atteints. Comme le rappelle le DCTI lui-même dans le rapport, les objectifs cette loi sont des objectifs sociaux, à savoir de favoriser la mise sur le marché de logements d'intérêt général et non pas de construire de l'habitat groupé ou villas, à des prix exorbitants qu'aucun genevois ne peut se payer.

    Que la droite travaille pour la promotion immobilière passe encore, mais que la gauche s'y mette aussi, ne laisse vraiment plus d'espoir pour les genevois sans toit.

     

     

    Lien permanent Catégories : Politique 2 commentaires