03/03/2015

Sauvage et précieux

A l'occasion de la journée mondiale de la vie sauvage, la CITES tenait colloque ce matin à l'AIG (aéroport international de Genève)

Sauf quau même moment et quasiment au même endroit, avait lieu l'ouverture du salon de l'auto. Difficile dans ces cas de galérer à armes égales. Pour les intervenants et même en TPG, y accéder, tenait du parcours de combattant. En route, la nature a perdu, François Longchamp notamment. Absence regrettée ? Remarquée en tous cas.

Si lAIG peut se targuer dabriter sur son terrain 220 espèces végétales et 120 espèces d'oiseaux, lappauvrissement de la biodiversité, du fait du trafic d'espèces en danger, est dramatique. Si l'on peut saluer l'engagement des nations à lutter contre le fléau, force est de constater que sans un renforcement drastique de la législation et des sanctions, le combat est perdu d'avance. Ne nous leurrons pas, tant qu'il y aura un marché et donc des acheteurs, il y aura des vendeurs de "tout poil". Pour ne prendre que lexemple de livoire, on espérait de la Chine, premier consommateur de ce commerce illégal, plus que lannonce dune hypothétique interdiction prochaine, on attendait avec impatience le jour où  elle annoncerait l'avoir prononcée. Le 3 mars aurait pu être ce jour, il ne l'a pas été.

Et cest là tout le drame de notre humanité. Nous savons ce qu'il y a à faire et nous le faisons pas. Pourtant, dans ce domaine comme dans tant dautres, il est temps de passer aux choses sérieuses.

It's time to get serious about wildlife crime !

17:31 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

08/02/2015

L'erreur, c'est de se poser en censeur M. Ruetschi

Choquée par l'éditorial du rédacteur en chef de la Tribune de Genève du 7 février, je le suis à plus d'un titre. Parce que j'ai voté oui et que je l'ai fait en connaissance de cause; parce que jusqu'à preuve du contraire, je ne vois pas au nom de quoi vouloir maîtriser l'immigration dans son propre pays est une erreur; parce que je suis UDC et que j'en ai assez d'être ostracisée par une Tribune inféodée aux lobbies qui la financent; parce que je suis une populiste qui déteste cette économie basée sur la croissance et le fric qui nous mène droit dans le mur. Parce qu'il l'écrit mieux que je ne saurais le faire, je remercie Pascal Descaillet d'avoir réagi pour défendre les 50, 3 % de votants  qui ont soutenu l'initiative Contre une immigration de masse du 9 février 2014.

17:35 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (5)

12/12/2014

Débloquons vite le PAV

L'accord signé entre Etat et communes pour débloquer le projet Praille Acacias Vernets est à saluer. Il est vrai que les communes ont toutes les raisons d'afficher le sourire, c'est l'Etat qui s'engage  prendre en charge les coûts censés revenir aux communes... sauf que les caisses de l'Etat sont vides !Le problème reste entier et la Fondation demandée par voie d'initiative garde toute sa pertinence tant pour gérer que pour financer ce projet d'envergure et tant attendu.

 

Pour signer l’initiative « Débloquons vite le PAV et construisons ! » veuillez consulter le site Internet : www.construisons.ch

16:38 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

03/12/2014

Pôle Bio : la population enfin informée mais sera-t-elle entendue?

Ainsi le Conseil d’Etat répond enfin à la demande faite d'une part, par la commune de Satigny sur laquelle doit s’implanter le projet, d'autre part, par voie de résolution par le Conseil municipal de Vernier, commune riveraine du site d’implantation et donc aussi concernée ne serait-ce que par le trafic de transit qui l’impactera. Une  séance publique d’information sur le projet Pôle Bio aura lieu le 3 décembre à 20h à la salle communale de Satigny à la rampe de Chouilly. Cette séance est organisée par l’Etat de Genève, avec la participation de M. Luc Barthassat, conseiller d’Etat chargé du département de l’environnement, des transports et de l’agriculture (DETA). Inutile de préciser qu'après l'avoir réclamée maintes fois, je ne manquerai pas d'y assister et de poser les questions qui restent en suspens en espérant, mais est-ce bien raisonnable (?), recevoir des réponses ...raisonnables. Pour rappel, lire la suite sur mon site...

15:55 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

08/11/2014

Service civique universel

Pour une fois, je suis entièrement d'accord avec François Hollande qui imagine un service civique universel. Obligation qui s'adresserait à tous les jeunes lors de leur passage à l'âge adulte avec des aménagements en fonctions de leur situation professionnelle par exemple. Il est temps de repenser l'obligation de servir son pays ici aussi, cela fait longtemps que je le dit.

 

J’imagine un l’engagement personnel pendant physique du « système de milice » qui fait la force et la fierté de ce pays. Le principe : chaque jeune arrivé à l’âge adulte comprend l’utilité et est fier de consacrer quelques mois de sa vie au service de la collectivité, dans une version modernisée de l’obligation de servir, à la fois gage d’intégration et rite de passage. Une obligation s’appliquant sans distinction à tous les citoyens de ce pays, femmes et hommes, suisses et étrangers, dans des domaines aussi variés que la sécurité, le domaine social, culturel, agricole ou la protection de la nature

L’engagement social, sanitaire (dans les EMS notamment) et lié à l’environnement (aide aux paysans de montagne, aide en cas de catastrophe ou d’évènements importants) et la protection de la population sont aussi importants que l’engagement militaire.

L’obligation de servir dépasse largement le cadre purement militaire et joue un rôle social immense, un rôle utile pour celui qui en bénéficie mais aussi pour celui qui le joue ! En se mettant au service de la collectivité à l’entrée de l’âge adulte, les jeunes gens apprennent à devenir responsables. Dans un monde de plus en plus dur, où le système éducatif actuel n’atteint pas tous ses objectifs, il est temps de mettre les jeunes en face de leurs obligations envers une société qui assure leur formation, les soutient en cas de besoin et tout au long de leur vie.

Plutôt que de réserver cette contribution au fonctionnement de la société au seul service militaire, il conviendrait au contraire de l’étendre aux femmes ou, pour certaines fonctions, aux étrangers et de l’adapter aux besoins (assurer plus de sécurité et de bien-être par exemple). Il y a des droits mais aussi des devoirs liés à la vie en société qui passent par l’engagement personnel chacun : la force d’une société n’est rien d’autre que la volonté de chacun de ses membres de s’engager à la faire vivre. La première étape on la fait rarement de sa propre initiative, il faut parfois l’imposer (serait-on allé à l’école si elle n’était obligatoire ?).  Convaincu du bien-fondé de l’investissement, on le continue de soi-même.

Au final, l’obligation de servir la collectivité et ses semblables est une cause extrêmement noble, moderne et sociale.

20:33 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2)