genève - Page 3

  • Propriétaires de villas, le signal est clair : ce sera sans vaseline

    Imprimer

    Propriétaires de villas, vos partis traditionnels ont décidé de donner un signal politique fort pour le logement, vous déloger.

    La gauche n'a jamais soutenu la propriété  à Genève, c'est un fait, ce qui est nouveau, c'est qu'en bloc, les PDC, les Radicaux et les Libéraux ne la soutiennent plus non plus. Manifestement ils sont passés à la collectivisation du sol. Ou peut être que, plus pragmatiquement, ils roulent pour les grands promoteurs immobiliers plutôt que pour les petits propriétaires.

    Dorénavant, seuls 2 partis sont prêts à prendre la défense du petit propriétaire de villa genevois : le MCG et l'UDC.

    Aujourd'hui, au Grand Conseil, nous étions les seuls à refuser le déclassement de la zone villa du chemin de l'Ancien-Puits à Lancy. Une quantité de déclassements sont à l'ordre du jour et nous serons les seuls à nous opposer au démantèlement systématique des zones villas de Bernex, Confignon, Meyrin, Onex, Plan-les-Ouates, Vernier, Veyrier, etc. Réfléchissez-y avant d'aller voter.

    La morale de cette histoire, si vous désirez une maison individuelle, allez habiter en France !

     

     



    Lien permanent Catégories : Politique 9 commentaires
  • Est qui rit, Ouest qui pleure

    Imprimer

    De retour d’un voyage en Pologne, au demeurant fort instructif, la lecture de rattrapage de la presse m’a écoeurée. L’image qui ressort de la Suisse et de Genève est effrayante. Hélas, il ne s’agit pas juste d’une peinture impressionniste, la réalité est là, sous nos yeux, chaque jour. Nous a-t-elle rendus aveugle ?

    Gangs et bande sorganisées se défoulent sur nos biens et nos citoyens, l’incivisme souille les places publiques d’immondices, la mendicité s’organise, l’Islam progresse masquée, et la prison débordée menace d’imploser. En Pologne, on se marre de notre naïveté face à l’Europe, face aux mendiants, face aux profiteurs de tous bords. Les tourments de l’histoire (faut-il réellement en passer par là ?) ont fait comprendre à cet ancien pays de derrière le rideau de fer, qu’une alliance à l’Europe, pouvait rapporter gros. Classé pays pauvre, la Pologne bénéficie pour tout projet, qu’il s’agisse d’environnement, de culture ou d’infrastructures d’une manne européenne très, très, très généreuse. Et tout le monde en profite, à tel point qu’aujourd’hui, l’élève a dépassé le maître. La Pologne a pris 15 ans d’avance et son économie est l’une des plus dynamiques d’Europe : les routes neuves se multiplient, les sites naturels souffrent mais des ponts biologiques sont intégrés aux ouvrages (règlementation européenne aidant), gratte-ciels et architectures futuristes métamorphosent le ciel de Varsovie, les quartiers gris et insalubres disparaissent mais les sites historiques urbains sont préservés et restaurés avec goût et audace, la propriété individuelle connaît une nouvelle jeunesse, les magasins débordent de produits et sont ouverts 7/7 jusqu’à 21h au moins, les WC sont impeccables et modernes, les murs et les rues propres. Cette vision « touristique » n’est sans doute pas celle de toute la Pologne, mais à Genève, nous ne sommes même plus capables de donner le change au visiteur qui ferait d’ailleurs mieux de surveiller ses poches…

    En prenant tout ce qui était bon à prendre de l’Europe de l’Ouest, la Pologne a agi en pensant d’abord à son intérêt national. Et elle a eu raison. L’adhésion à l’Europe lui offrait un gain économique net. Pour la Suisse, considérée comme riche, le résultat serait tout autre. Gardons-nous de venir alimenter les caisses sans fond de l’Europe.

    Lien permanent Catégories : Politique 3 commentaires
  • Genève, Jeune Eve, Schön Eve ....

    Imprimer

    Voici le printemps qui revient et Zébulon, mon hérisson frippon, se réveille et lit la tribune de Genève.

    Il  y découvre coup sur coup le nouveau logo et le nouveau slogan de Genève Tourisme, ainsi que la nomination du nouveau directeur de Genève Tourisme, Philippe Vignon, en remplaçement de François Bryand.

    GE monde en soi.jpg

    Au vu du logo et du slogan trouvé pour la modique somme de CHF 200'000.- (oui, vous avez bien lu ...) par une société privée, Zébulon était mort de rire et a décidé de créer sa propre agence de publicité, Sushi & Sushi, capital de départ 3 limaces, 2 neurones et 5'000 piquants.

    Il souhaite au nouveau directeur de Genève Tourisme un "brillant" avenir pour promouvoir l'image de notre cité canton monde genevois.  Il lui faudra bien du courage et des efforts pour remettre en selle le seul office de tourisme du monde capable de choisir un logo et un slogan acratopèges (soit sans qualités particulières).

    D'habitude, on utilise plutôt ce terme pour qualifier une eau de boisson, vu que ce que l'on recherche c'est qu'elle soit incolore, inodore et sans saveur. Est-ce la référence à l'eau du jet d'eau qui a poussé à ce subtil choix ? Ou peut-être un vieux relent de calvinisme, refusant tout ce qui pourrait sembler un tant soit peu ostentatoire ... On l'aurait encore compris comme slogan pour les banquiers privés genevois, dont la discrétion est légendaire, et comme l'argent n'a pas d'odeur et qu'il devient de plus en plus blanc ... Mais pour attirer le touriste, on cherche encore ....

    Zébulon s'est donc mis au travail et s'est lancé dans un "remue-piquant" (ou pic storming, sa manière à lui de réfléchir). Sa conclusion immédiate, simple et évidente est qu'il faut dynamiser l'image de Genève en revenant aux fondamentaux de la publicité :

    1. Offrir du rêve et de l'émotion

    2. Une  jolie fille, ça fait toujours vendre

    3. De l'humour

    Il vous offre le résultat de ses cogitations, qui a l'avantage de pouvoir se décliner sous de nombreuses formes :-)

    GE un monde en soie.jpg




    (Toute ressemblance avec un calendrier de lingerie féminine connu et la revue genevoise n'est pas le fait du hasard, avec l'apport d'une photo libre de droits de Madgeographer)

  • Au secours, Zébulon crée le MHG !

    Imprimer

    Moi, Zébulon, hérisson en peluche et propriétaire de ce blog, je reprend possession de mon blog.

    Il a été utilisé pendant la campagne du Grand Conseil par Chrisitina Meissner, comme d'habitude, maintenant c'est mon tour !

     

    En grand observateur de la politique genevoise (malgré ma petite taille), j'ai constaté que cette campagne électorale avait été beaucoup trop sérieuse et beaucoup trop passionnée (nous ne sommes pas encore retournés au "temps des passions", dans les années 30, mais on s'en approche dangereusement). Il est urgent de dépassionner le débat et de souffler un peu, sans se prendre plus au sérieux que nécessaire, avant que le nouveau Grand Conseil ne siège.

    Comme j'ai compris tous les mécanismes de la vie politique genevoise,  je lance donc mon mouvement politique, couvrant l'ensemble du bassin transfrontalier franco-genevois  : le MHG, mouvement des hérissons genevois.

    DSC05902.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On a beaucoup réfléchi à notre programme. Comme à Genève il faut faire simple pour être élu, on a décidé qu'il serait en trois points :

    _____________

    Le programme du MHG
    (mouvement des hérissons genevois)

    1
    Se mettre en boule et laisser braire !

    2
    Régler définitivement les problèmes de trafic à Genève en interdisant les voitures.
    La route aux hérissons !

    3
    Halte à la spéculation.
    Pour un tarif de la limace abordable !

    _____________

     

     

    Bon, pour l'instant, nous ne sommes que deux p'tits hérissons en peluche, mais vous pouvez nous rejoindre.

    Télécharger notre flyer : programme MHG.pdf

    Votez pour moi, je vais bien finir par être élu à quelque chose !

    Zébulon, hérisson frippon

     

  • Genève doit croître pour ne pas dépérir

    Imprimer

    En 2030, Genève aura atteint 1 million d'habitants. Le concept d'agglomération est indispensable pour assurer la croissance de Genève. Cette affirmation des "experts" de la Tribune de Genève du 2 octobre 2009, me laisse perplexe.

    Alors que les problèmes de logements, d'emplois, de circulation, de sécurité ne cessent de s'amplifier, la croissance de Genève est prescrite comme seul remède. C'est pourtant cette même croissance qui, au niveau planétaire, est responsable de la surpopulation, de la faim, de la misère, de l'érosion des terres et des ressources. Comment se pourrait-il alors que le poison planétaire soit un remède pour Genève ?

    Ne faudrait-il pas plutôt mettre un frein à cette croissance quantitative ?

    Contrairement à Monsieur Genecand, je ne me sens pas enserrée par la zone agricole. Loin de m''étouffer, cette dernière ma rassure. Ouf, il nous reste ainsi de quoi garder les pieds sur terre, faire pousser nos racines et qui sait, peut être même nous nourrir demain.