vernier - Page 2

  • Etrangers, votez pour les élections administratives du 17 avril !

    Imprimer

    Alors que les pays arabes se soulèvent pour réclamer plus de démocratie, quel modèle donnons-nous ?  Nous avons l'immense et, sans doute, unique privilège au monde de pouvoir nous prononcer sur tous les sujets, mais le taux de participation reste désespérément bas.

    Citoyens, exprimez-vous, choisissez vos autorités, exercez vos droits politiques de manière responsable. Ce message s'adresse tout particulièrement à ma commune, Vernier, que je ne souhaite pas voir couronnée ce dimanche de championne de l'abstentionnisme*, alors même que nous avons bénéficié d'une couverture médiatique considérable, que les partis politiques ont fait très fort pour surprendre l'électeur..., que les candidats ont redoublé d'efforts pour être sur le terrain du matin au soir, pour aller à la rencontre des citoyens et que les enjeux sont de taille.

    Les droits démocratiques ne s'usent que si on ne les utilise pas !

    *Les électeurs étrangers représentent 34,5% des électeurs (un record cantonal) et c'est à Vernier qu'on enregistre le taux de participation le plus faible: 32,9%, contre 39% au niveau cantonal et 43,26% en Suisse.  L'enquête sur le sujet du Vernier bondy blog est révélateur: Les facteurs susceptibles d'expliquer le faible taux de participation spécifiquement à Vernier sont le nombre d'électeurs étrangers, l'âge, le niveau professionnel, le chômage, les faibles revenus de l'électorat, ses fréquents déplacements hors de la commune, la situation géographique et démographique (nombre et origine des habitants).

    Dans le "classement des communes", en terme de revenu brut par habitant, Vernier est la commune la plus pauvre de Genève. Elle accueille la plus forte concentration de personnes à l'aide sociale (6,1% des habitants dépendent de l'Hospice général, 1,4% touche le revenu minimum cantonal d'aide sociale). 19,75% du parc immobilier est constitué de logements sociaux - le taux le plus élevé du canton. Vernier atteint régulièrement le plus haut taux de chômage enregistré dans les communes: 8,5% en juin dernier, contre 6,3% pour le canton.

    Tous les candidats à une élection communale devraient effectuer une distribution nocturne dans les boîtes à lettres de leur commune. Les rencontres, les entrées d'immeubles et les boîtes à lettres sont terriblement révélatrices des véritables conditions de vie.

     

    Lien permanent Catégories : Politique 4 commentaires
  • Quand les Verts ne supportent pas que d'autres se préoccupent d'environnement, ils les traitent d'extrémistes

    Imprimer

    Quand l'UDC se préoccupe non seulement de sécurité individuelle mais aussi de la sécurité collective des habitants, rien ne va plus pour les Verts. Au lieu de reconnaitre l'intérêt général et s'allier dans la démarche à l'UDC (comme l'ont d'ailleurs fait PDC, Radicaux et MCG) pour faire avancer le dossier des citernes de Vernier, les Verts et leur plus très vert partenaire Libéral crient à l'extrêmisme ! Pathétique.

    L'UDC se préoccupe des citernes de Blandonnet depuis bientôt une année et utilise pour ce faire des outils on ne peut plus démocratiques.

    L'UDC interpelle au niveau cantonal et communal par le biais des outils législatifs à disposition des élus (interpellations, résolutions, motions, etc).

    L'UDC cherche et obtient les rapports et études officiels et demande que les conclusions de ces derniers soient publiées dans le journal de Vernier afin que la population soit dûment informée.

    L'UDC écrit à l'Etat et lui demande d'organiser une table ronde pour que le dialogue rompu entre les pétroliers et les autorités soit rétabli.

    L'UDC lance une Initiative communale "Moins de citernes, plus de sécurité" afin de permettre aux verniolans de s'exprimer et de permettre au débat d'avoir lieu.

    L'UDC en demandant le déplacement des citernes de Blandonnet, et l'aménagement du lieu de manière plus cohérente et sûre pour les habitants ne fait que reprendre les conclusions du bureau d'étude qui a réalisé le plan directeur communal au début des années 2000 déjà, Urbaplan.

    Où est l'extrêmisme dans ces démarches ?

    Accepter le risque de la mort de 450 personnes en cas d'accident, ça c'est de l'extrémisme.

    Reconnaître devant le conseil municipal du 8 mars que l'UDC a raison, que ce risque est inacceptable, mais continuer de clamer dans les média que l'UDC se trompe, ça c'est de l'extrémisme.

    Les Verts ne tolèrent juste pas qu'on marche sur leur platebande, et ça c'est de l'extrémisme.

    Qu'il s'agisse de citernes à Vernier, ou de champs de cardons aux Cherpines, l'UDC est plus verte que verte, et ça rend vert les Verts.

    Les Verts devraient au contraire se réjouir de ne pas être les seuls à se battre pour la qualité de vie des habitants...

    Mais en période électorale, ce serait être ...raisonnable. A Vernier, mais vous délirez Zebulon !

    Pour en savoir plus : http://yahoo.vernier.bondyblog.fr/news/les-citernes-de-la-discorde

    Le point de l'UDC sur les citernes du 25 février 2011

    Christina Meissner, présidente UDC section de Vernier, députée au Grand conseil, conseillère municipale nouvellement élue et candidate au conseil administratif.

     

    Lien permanent Catégories : Politique 7 commentaires
  • La campagne électorale à Vernier va-t-elle être occultée par un voile ?

    Imprimer

    Je le crains et ça me désole. Vernier a tant d'autres problèmes qui méritent débat. Qu'il s'agisse d'aide sociale, de logement, d'emploi, d'aménagement, de citernes dangereuses, de sécurité déficiente, de soutien aux jeunes et aux personnes âgées, de qualité de vie, ce ne sont pas les sujets qui manquent !

    De par l'acharnement que certains montrent à se voiler la face, un seul focalisera toute l'attention pendant la campagne et si la Verte voilée est élue, le débat se prolongera durant de longues heures au municipal jusqu'à culminer sans doute vers un projet d'interdiction du port du voile au nom de la préservation du droit de débattre d'autre chose...

    Madame, n'occultez pas le débat par une attitude dogmatique, levez le voile dès maintenant !

    A moins que ce voile ne cache un état d'esprit dogmatique, un autre projet de société dont vous prétendez être le reflet, à savoir celui de tester les limites de notre démocratie pour progressivement arriver au rapport de force ?

    Car en quoi montrer que l'on est croyant est-il nécessaire ? Est-on plus respectable parce qu'on est musulman/chrétien/juif ?

    Le voile dans ce cas est un moyen de montrer son appartenance religieuse, de marquer sa différence. N'est-ce alors pas revendiquer d'un signe ostentatoire cette différenciation, prélude à la discrimination?

    Les symboles religieux ne sont pas nécessaires à la croyance mais bien plutôt un moyen de se différencier et de discriminer les autres. Les vrais croyants, si tant est qu'il y en ait, ne s'embarrassent pas de signes extérieurs. On ne se prétend pas spirituel quand on s'attache à un bout de tissu...

    Je suis une femme, et pour moi le voile reflète la soumission à une religion à la morale sexuelle machiste, contraignante, dépassée, issue de sociétés où, bien trop souvent, la femme est loin d'être l'égale de l'homme...  Donc, ce symbole là, je ne l'aime pas. Et je n'ai pas à l'aimer sous prétexte de tolérance.

    Merci à Advodia et Tenshi dont les propos pertinents que j'ai partiellement reproduits, ont été pour moi source d'inspiration. Et Merci à ceux que ce blog inspire de modérer vos propos.

     

    Lien permanent Catégories : Politique 10 commentaires
  • Pauvre Vernier !

    Imprimer

    Chez nous, point de riches héritiers, point de banquiers fortunés, seule la poussière pointe à l’horizon…

    Notre maire, Thierry Apothéloz, réagissant au triste classement dans lequel Vernier se retrouve la plus pauvre des communes genevoises explique dans la Tribune du 13 août : « 80% de notre territoire est composé d’HLM. C’est la plus forte concentration de tout le canton ». Si on ajoute à ce pourcentage surprenant, le 25% du territoire verniolan composé de zones industrielles, on arrive à 105% de territoire ( ?!) qui ne rapporte rien ou presque, pas étonnant que l’on soit dans une misère noire au niveau financier. Il nous reste cependant un maigre espoir, composé de quelques mini zones villas, qui elles, rapportent fiscalement. Mais ce sont ces dernières que le canton veut déclasser pour en faire, encore, des zones industrielles.

    A Vernier, ce n’est pas de déclassement dont on a besoin mais d’un reclassement au niveau fiscal !

    Les élus verniolans disent stop aux déclassements et les habitants aussi. Gardons nos rives émeraude du Rhône, nos forêts verdoyantes dont le Bois de la Grille, havre de biodiversité sauvé par miracle. Sauvons aussi nos dernières zones villas pour maintenir nos finances à flot, et, qui sait, peut être aussi, y accueillir un jour un riche entrepreneur. Après avoir choisi notre commune pour ouvrir son grand magasin bleu et jaune, le patron d’Ikea serait bien inspiré de s’installer lui aussi à Vernier.

    Christina Meissner, députée verniolane au Grand Conseil

  • Pour que vive le cèdre d'Ikea !

    Imprimer

    A la route de Vernier, les grues s'élancent vers le ciel et les pelleteuses creusent toujours plus profond le trou béant où viendra s'implanter le futur centre d'Ikea. Coincé entre la route et le chantier qui émerge de terre, un bouquet d'arbres a miraculeusement échappé aux tronçonneuses. Parmi eux, un cèdre majestueux déploie sa silhouette imposante et rivalise de hauteur avec les constructions humaines. Dans le chaos du trafic incessant, entre béton et bitume, les planificateurs ont réussi à lui accorder la vie pour notre plus grand bonheur. Nous l'imaginions déjà, immense, souligner d'un vert vivant le bleu métallique du nouveau temple de la consommation. Rêve fou ? Espoir bientôt déçu ? Ne sera-t-il pas bientôt abattu comme tant d'autres pour cause de blocage inacceptable de voie publique ?

    Je regarde chaque jour cet arbre et je suis inquiète sur son avenir. J'aime ce cèdre symbole de vie, lien mémorable entre passé et présent, marque immuable dans un paysage changeant. Il résiste aux assauts de l'urbanisation depuis près d'un siècle, et je n'ai pas envie de le voir disparaître en 2010, transformé en étagère ou en bois de chauffage.

    Architectes, concepteurs et aménagistes, en cette année mondiale de la biodiversité, conciliez votre discours planificateur à vos actes sur le terrain, faites preuve d'imagination, construisez en intégrant la nature à notre environnement. Plutôt que de nous servir du reverdissement post mortem, préservez un arbre séculaire bien vivant et vigoureux, laissez-nous notre cèdre de bienvenue à Vernier !

    Article paru dans le journal Actualités Vernier de février 2010

    PS suite à l'article de la tribune de Genève du 19 février "La route de Vernier s'élargira pour Ikea"

    "Au début on était inquiet. Mais sur la base des chiffres et avec les mesures envisagées, le surplus de trafic pourra être absorbé"  dixit la direction générale de la mobilité (DGM). Les conceptions de la DGM sont toujours aussi déconnectées de la réalité du terrain. Si le cèdre survit au chantier, il servira au moins à attacher un observateur de la DGM afin qu'il puisse effectuer le suivi de son plan de mesures in vivo. Les automobilistes habitant Vernier qui empruntent la route du Nant d'Avril sont verts de rage, rient jaune et voient rouge.

    Lien permanent Catégories : Nature 4 commentaires