20/04/2017

Silva, la petite renarde abandonnée de la forêt de Cartigny

Que d’émotions ce weekend de Pâques ! Je recevais Carole Anne venue de Belgique pour suivre une formation au centre SOS hérissons et voilà que vendredi, une famille de Cartigny nous a apporté une petite boule de poils, sans aucun piquant ( !) au centre de soins pour hérissons. Il faut dire que c’était Vendredi Saint et que personne ne répondait à leurs appels pour recevoir ce bébé abandonné et trouvé dans la forêt le jour même. Une bonne âme ayant donné mon numéro de téléphone, le petit animal était ainsi arrivé chez moi.

Silva renardeN’ayant jamais vu un si petit petit, j’avoue que j’ignorais (tout autant que Carole Anne d’ailleurs) s’il s’agissait d’un bébé fouine, d’un bébé martre ou d’un renardeau. Quelqu’un ayant suggéré que c’était un bébé martre, nous nous étions contentées de cette éventualité, en tout cas dans un premier temps. Là tout de suite, la boule de poils de 200g miaulait tant qu’elle pouvait. Son ventre criait famine, il fallait la nourrir. Lire la suite

17:39 Publié dans Nature | Lien permanent | Commentaires (2)

12/09/2015

Piège mortels: attention aux hérissons

Les raisins sont mûrs et partout et les viticulteurs protègent leur vignes au moyen de filets. Quoi de plus normal, pour pouvoir garantir une bonne récolte ? Mais attention à la manière dont les filets sont disposés ! Il faut absolument éviter que ces filets deviennent des pièges mortels.

Vigne Michel Grossrieder.JPGSi les filets traînent au sol, les hérissons se prennent les piquants dans les fils et ne peuvent plus s’en échapper. lire la suite

18:07 Publié dans Nature | Lien permanent | Commentaires (0)

27/08/2015

Lettre à Knie et à ses éléphants,

éléphants, KnieC’est la dernière fois que les éléphants seront de la tournée du cirque Knie. Une page se tourne et j’en suis toute retournée.  Je comprends vos raisons. Entre la pression des associations qui défendent les animaux et les conditions de plus en plus difficiles qui prévalent dans nos villes, vous avez dû vous résoudre à renoncer à les emmener avec vous à la rencontre du public. Pourtant quel émerveillement, quelle surprise exceptionnelle que voir dans sa ville, sa rue … des éléphants et de les accompagner sur leur chemin vers la gare. Quel plaisir que de rire de la drôle de tête des passants et de celle de nos plus hautes autorités les saluant.  Je m’en souviendrai d’ailleurs longtemps de cette séance du Grand Conseil au cours de laquelle nous avions eu à traiter d’une résolution* que j’avais déposée pour que cette tradition se poursuive, résolution que tous les partis avaient soutenus chacun pour des raisons plus étonnantes les unes que les autres**.

Ayant eu le privilège d'assister durant tant d'années à leur numéro de cirque ainsi qu'à leur sortie,  déjeuner et salut des autorités, j'ai encore de la peine à m'imaginer Knie sans ses éléphants. Ils font tellement partie de Knie, de votre vie et de notre vie. Dire Adieu aux éléphants, c’est un peu comme si vous nous demandiez tout d’un coup de grandir !  

Car la perte de cet événement est aussi celle du passé, de notre enfance et de notre cité. Pourtant, la mémoire s'enrichit par des rituels communs, s'appuyant sur des objets concrets. Or quoi de plus concret qu'un éléphant ? Les enfants ont besoin d'extraordinaire pour alimenter leurs rêves et de l'émotion d'une rencontre peu commune pour bâtir leur équilibre. Comment espérer leur faire aimer l'éléphant, et à travers ce dernier la nature et faire en sorte qu'ils veuillent la préserver libre, s'ils ne l'ont jamais connu autrement que derrière des barrières?

Je souhaite à vos éléphants une belle et longue retraite à Rapperswil.  Je sais que vous saurez, chère famille Knie, les rendre heureux et bien les traiter comme vous l’avez toujours fait. Merci et merci de le leur transmettre  mes salutations.

 Adieu aux éléphants, courrier des lecteurs Tribune de Genève du 5 septembre

* Résolution R636  Pour le défilé des éléphants Réponse du Conseil d’Etat 13 septembre 2011/ Résolution adoptée Votée le 14 octobre 2011

** Séance du Grand Conseil du 9 juin 2011

08/01/2013

Le parlement des hérissons 2012

Gabriel5jan.jpg70% des 127 hérissons accueillis dans mon centre l'an dernier ont pu retrouver la liberté. Ce n'est qu'un tout petit geste pour la nature, tant d'animaux disparaissant du fait de notre présence et de notre empreinte de plus en plus envahissante et destructrice sur la planète. J'y reviendrai dans de futurs blogs.

Avant que le travail ne me submerge à nouveau et nous absorbe tous dans une course effrénée, je vous propose de découvrir les chroniques hérissonnes complètes de l'année 2012 et les aventures piquantes des 127 hérissons recueillis. Elles s'ajoutent à celles de 2011. Pour rappel, entre 2011 et 2012, ce sont les prénoms de député(e)s que les hérissons recueillis ont porté. Comme le nombre d'hérissons accueillis au centre a dépassé celui des députés (+ Conseil d'Etat), ce sont les prénoms du personnel du secrétariat du Grand Conseil qui ont suivi... vu leur engagement conséquent à nos côtés, je ne pouvais les oublier. A chacun son parlement, certains y voient des primates, n'est-ce pas Grégoire, je préfère imaginer des hérissons, question de point de vue...
Si je trouve le temps, je compléterai les chroniqued d'une vision du parlement des hérissons d'ici peu

Je souhaite à toutes et tous une belle année 2013, pleine de piquants.

Chroniques herissonnes 2012.pdf

Chroniques hérissonnes pécédentes


19:13 Publié dans Nature | Lien permanent | Commentaires (0)

29/03/2012

A l'évidence le viagra ne suffit pas !

A la machette, à la mitraillette, au fond de la brousse et même dans les musées,  la corne de rhino est pourchassée sans répit partout. A cause d'un appendice nasal truffé de soi-disant vertus, le rhino est victime d'un massacre qui a pris des proportions insoutenables.  Et dire que j'avais pensé que le viagra sauverait les rhinocéros. A l'évidence, le viagra ne suffit pas à satisfaire la demande insatiable de désir viril à tout prix. Car la corne de rhino, c'est vraiment la panacée : contre le cancer,  contre la gueule de bois et il parait même qu'elle porte-bonheur en Chine et au Vietnam cette corne de malheur. Dommage qu'elle ne guérisse pas de la bêtise humaine.

Pour donner une voix au rhino avant qu'il disparaisse à jamais  signez la pétition pour faire bouger les gouvernements

whiterhino.jpg

 

 

18:37 Publié dans Nature | Tags : rhinocéros, corne, massacre | Lien permanent | Commentaires (3)