23/07/2012

L'aménagement est notre affaire !

Ce titre, quelque peu provocateur, s'inspire de celui d'un ouvrage majeur de Denis de Rougemont, "L'avenir est notre affaire", publié il y a maintenant 35 ans et qui reste d'une actualité brûlante au vu des enjeux actuels, que ce soit en matière économique, écologique, de développement des Cités, d'engagement civique ou de gouvernance. Je ne peux que vous en recommander la lecture (ou la relecture) à la faveur de l'été.

Je me permets de me référer à ce grand penseur visionnaire pour étayer quelques réflexions de portée plus générale sur l'aménagement du territoire et la gouvernance de notre Cité. Elles me semblent d'autant plus importantes après la conférence de presse du 19 juillet concernant le développement futur du secteur de Challendin à Chêne-Bougeries. La manière dont le département de l'urbanisme a traité ce dossier est un cas d'école de ce qu'il ne faut pas faire. Plus qu'une erreur, c'est une faute ! Et nous en payerons très cher les conséquences, si nous ne sommes pas capables de déceler les fautes fondamentales qui y ont été faites. Il n'est par contre pas trop tard pour en prendre conscience et changer de cap.

Au-delà d'une discussion sur le nombre de logements à construire ou sur taux de densification acceptable, c'est la méthode qui est fausse, celle qui consiste à imposer par le haut, avec le total déni de la volonté populaire qui s'est exprimée dans les urnes, plutôt que de chercher la concertation quand elle est possible, désirée et commencée. Un projet voulu, porté, soutenu, validé par les parties prenantes, sera toujours un projet meilleur qu'un projet imposé par une agence d'urbanisme extérieure, un service cantonal d'aménagement du territoire ou un ministère chargé du "Plan". Ceci non pas parce que ses qualités intrinsèques seraient forcément meilleures, mais parce que serait "leur" projet, celui qu'ils veulent voir se réaliser et vivre au jour le jour dans la durée, s'engageant ainsi pour faire progresser et vivre la Cité. C'est la nature même du réel engagement politique, au-delà de toute question de parti, le seul véritable engagement civique qui compte. Et c'est cela que le Conseil d'Etat a balayé d'un revers de main, comme quantité négligeable !

Denis de Rougemont ne dit pas autre chose lorsqu'il oppose deux manières fondamentalement différentes de gouverner. Il y a d'un côté, celle de Jean Bodin ("La république", 1576), pour qui "la pleine souveraineté appartient au monarque, à qui le peuple a fait abandon, une fois pour toutes et sans condition". Cette conception est celle qui consiste, par les moyens utilisés, à "contraindre, forcer, interdire" et a été parfaitement traduite par Georges Pompidou : "gouverner, c'est contraindre". Il résumait en cela la pensée dominante des grandes écoles françaises "Contraindre les individus à se plier à des règles, dont chacune à tout moment, va contre l'intérêt immédiat de tel ou tel. ... Gouverner, c'est en somme conduire les hommes collectivement dans des voies et vers des objectifs qui ne leur sont ni naturels, ni clairement perceptibles, ni conformes à leurs aspirations immédiates". Clairement, c'est bien le style de gouvernance choisi par notre Conseil d'Etat dans ce dossier ...

Mais ce n'est pas le seul possible, il y a aussi celui d'Althusius (1557-1638), où "la souveraineté résidera toujours dans le peuple, et ne sera déléguée au prince ou au Conseil, et sous conditions révocables, que pour certaines tâches limitées, définies dans leur dimensions." Ici, les moyens utilisés sont tout autres, il s'agit de "favoriser, orienter, promouvoir". C'est la promotion de la démocratie et de la participation au niveau le plus bas possible (quartier, commune), le seul où l'individu peut encore se reconnaître et s'impliquer pleinement, car il en perçoit clairement les conséquences concrètes qui vont modeler sa vie de demain. Denis de Rougemont posait la question "Il s'agit de de savoir comment, au-delà des entassements de solitaires urbains, nous pourrons reformer des espaces civiques, des groupes et un climat qui permette l'exercice de nos responsabilités, donc de nos libertés personnelles". A Challendin, c'est exactement un tel mécanisme qui a été étouffé dans l'oeuf, puisqu'il avait le malheur de remettre en cause la vision des "experts" et de l'Etat. Pour quelques mètres carrés bétonnés, c'est notre liberté que l'on assassine !

"Althusius contre Jean Bodin, c'est la personne libre et responsable contre l'individu assujetti à l'arbitraire d'un prince .... Althusius, c'est aussi la société fondée sur l'homme, contre l'Etat dressé hors de l'homme, face à lui" nous rappelle de Rougemont. Personnellement, mon choix est clair et le sera toujours : L'avenir, l'aménagement est notre affaire, et seulement accessoirement celle de l'Etat. Je me plais à espérer que notre Conseil d'Etat puisse aussi revenir à une vision humaniste et non pas technocratique du développement de notre Cité, celle de la qualité (de vie) et non pas celle de la quantité (de LUP) ...

La cause des blocages en matière d'aménagement du territoire dans notre canton ne vient donc pas de l'existence d'intérêts divers, parfois contradictoires et en opposition, mais de la méthode choisie pour gouverner et aménager. Les intérêts des uns et des autres seront toujours présents et légitimes, ils ne peuvent être niés. C'est donc la méthode qu'il s'agit de réformer, ce que la Constituante avait aussi pour mission de faire ... pour finalement avouer son impuissance dans ce domaine (et d'autres ...).

Je plaide donc pour une réforme profonde des compétences en matière d'aménagement du territoire, pour sortir des blocages stériles par l'implication des acteurs au bon niveau. Concrètement, il s'agit de redistribuer les compétences entre le canton et les communes, voire l'agglomération transfrontalière (mais là, le pouvoir de décision ne nous appartient plus que partiellement ...) :

 

  • le canton doit clairement rester le garant de la vision globale, de la "grande image", avec le plan directeur cantonal (ou plan directeur d'agglomération transfrontalier, autorisons-nous à rêver ...). C'est la seule manière de garantir la cohérence de l'aménagement, mais sa compétence devrait s'arrêter avec les grandes options, la fixation des priorités et le déclassement des terrains. Ici déjà, un mécanisme de consultation démocratique plus important qu'actuellement est indispensable (comme par exemple la possibilité d'un référendum facultatif et donc d'un choix final du peuple);
  • les communes doivent être en charge de l'aménagement local (plan directeur communal mais surtout plans directeurs de quartier, plans localisés de quartier, etc.) en y impliquant tous les acteurs concernés, mais avec des règles du jeu claires et respectées par tous les acteurs (canton compris !). Et tant pis (ou tant mieux !) si la vision qui en ressort n'est pas forcément celle des experts urbanistes ou celle de la densification maximale !

Alors peut-être, lorsque les visions seront créées et partagées au niveau local, et non pas imposées par le haut, nous pourrons avancer réellement en matière d'aménagement du territoire, pour les Genevois et non pas contre eux. Pour une Cité à échelle humaine et non pas aliénante. Pour un avenir dicté par notre volonté et pas par des projections de chiffres donnés à tort comme inéluctables (les années 60 tenaient pour incontournable la Genève de 800'000 habitants en l'an 2000, dans les faits nous avons péniblement dépassé les 400'000 à cette date ...). Denis de Rougemont nous appelle à prendre notre destin en main, pas à le subir : "L'avenir dépend de nos passions, pas de nos calculs ... Ce qui va se passer dans le monde s'annonce au cœur de l'homme et peut s'y lire d'abord, car c'est là que l'Histoire se noue". Entendons-le, il est encore temps !

Avec le projet de Challendin à Chêne-Bougeries, le Conseil d'Etat a donné un grand coup de canif dans le pacte du fédéralisme, qui commence avec les communes et le respect que le canton leur doit, surtout quand elles s'expriment par une votation populaire, puis de la même manière entre les cantons et la Confédération. Dans ce pays, et c'est bien ainsi, on ne réalise rien de bon (voir rien du tout !) sans l'accord et l'appui du niveau le plus bas.

Décidemment, oui, l'aménagement est notre affaire, à tous !

Source des citations : "L'avenir est notre affaire", Denis de Rougemont, éditions Stock, 1977, 376 pages.

 

20/07/2012

Le canton passe en force à Challendin

En matière de conférence de presse, quand les associations appellent à la concertation, aucun média ne s'y intéresse, mais quand l'Etat passe en force, tous se pressent. Le « sang des batailles » fait vendre pas les appels au dialogue. Ainsi, même les propos retenus sont soigneusement triés pour transformer le miel en fiel.

Le nouveau Conseiller d'Etat responsable de l'urbanisme, François Longchamp, a décidé de balayer d'un coup de conférence de presse, le 19 juillet 2012, tout un travail issu de la concertation et d'un processus démocratique. Le choix des moyens et des mots ce jour-là ont été d'une brutalité inouïe pour ceux qui connaissent le dossier. En vérité, le projet immobilier que le magistrat qualifie « des opposants » a été conçu par les propriétaires, les promoteurs, les habitants du chemin de Challendin, les associations locales et la commune tous ensemble. C'est le conseil municipal qui l'a voulu répondant ainsi à la volonté populaire qui avait rejeté le projet de l'Etat. Après  4 mois, de travail en commun, un accord entre tous a été trouvé, garantissant une construction rapide de logements, les opposants potentiels étant ...tous signataires de l'accord.

150 logements « ce n'est pas suffisant » dit le magistrat alors que le projet de l'Etat en compte 227. Mais traduits en termes de mètres carrés, il en va tout autrement et dans un PLQ, faut-il le rappeler, c'est la superficie et le pourcentage et non pas le nombre qui  importe.

Quand le magistrat prétend que le projet « des opposants » a pour seul but d'empêcher la construction, il omet de préciser que les promoteurs  (régie Naef, CGI, etc.) sont signataires de l'accord et il les qualifie donc, de fait, d'opposants à la construction !

Quand le magistrat justifie qu'il  passe en force car il « faut construire pour nos enfants » il se garde bien de dire que ces logements il ne pourra pas les destiner à ces enfants.

Le magistrat prétend qu'accepter le projet des « opposants » obligerait l'Etat à 6 ans de procédure. C'est au contraire en bafouant  un projet soutenu par tous, sauf l'Etat, que ce dernier se tire une balle dans le pied,  déterre la hache de guerre et enterre le logement.