29/11/2011

"neinsager" ou juste précurseurs ?

Les communes croulent sous les modifications de zones. Il y a celles d'hier, celles d'aujourd'hui et celles de demain (Plan directeur cantonal). Les habitants,  souvent, et les communes, pas toujours, se battent avec les moyens du bord pour se faire entendre mais ce n'est pas facile.

En ville de Genève, à La Chevillarde, il a fallut aller jusqu'au tribunal contre l'Etat pour faire respecter la loi! On ne passe pas impunément de 60% de logements sociaux à 30%, en vidant au passage de sa substance la loi (LGZD). Pic-Vert le dénonçait déjà en septembre 2010, soit il y a plus d'un an !  Le tribunal a confirmé que les PLQ adoptés ont force obligatoires et doivent être respectés tels qu'ils ont été adoptés. L'entrée en vigueur de la nouvelle Loi pour la construction de logements d'utilité publique n'a pas autorité pour les modifier ce que le DCTI contestait.

A Chêne Bougeries,le projet immobilier du chemin Challendin, a été soumis au vote des habitants, le 27 novembre, car le référendum lancé par les associations a abouti. Et les habitants ont suivi en disant non à la destruction de leur cadre de vie. Les habitants seront ils entendus ? J'ai des doutes quand je vois les énormes  moyens déployés par certains pour défendre leur cause qui n'est pas celle des habitants.

A Lancy, les habitants se battent pour être auditionnés par leur commune sur des PLQ qui dessinent des blocs  au dessus de leur maison sans aucune concertation. Et la pétition lancée pouir sauver le plateau de St-Georges du béton a déjà récolté plus de 2000 signatures.

De Vernier à Veyrier, d'Onex à  Thônex, commune et habitants se battent pour préserver leur territoire de toutes les croissances, ou nuisances dans le cas de Vernier, que le canton essaie de leur imposer. Mais le canton (Conseil d'Etat et Grand Conseil) reste sourd et muet à ces appels.

Le Grand Conseil a, en moins de 2 mois, 2 fois déjà été appelé par le Conseil d'Etat a rejeter les recours de communes (Thônex, Chêne Bourg, Grand Saconnex) qui avaient l'outrecuidance de demander par ce biais à être entendues. Comment peut-on en arriver là, où est le dialogue ?

L'objectif est clair, il reste à Mark Muller un peu plus d'un an pour faire passer le plus possible de projets aux coûts démesurés pour la collectivité mais très lucratifs pour certains. Défend-il réellement les intérêts publics ou seulement un intérêt privé ?

Si Pic-Vert et les associations partenaires, tentent avec leurs maigres moyens depuis des mois d'informer population et conseils municipaux des enjeux du Plan directeur cantonal, dans le même temps les milieux immobiliers font de même avec des moyens autrement plus conséquents pour défendre leur gagne pain.

Au parlement des voix s'élèvent depuis longtemps pour dénoncer une fuite en avant faisant fi des habitants, mais faute de majorité, elles ne font pas le poids.

Quand enfin, c'est dans le camp même du magistrat Mark Muller que des voix s'élèvent pour remettre en question la spirale infernale, les médias se réveillent et relaient le message. Non, je n'irai pas dire merci à son propre parti car y a de quoi être fachée d'être une fois de plus affublée du qualificatif de "chantre" et non de  "puissant relais".

"neinsager" ou juste précurseurs ? L'avenir donnera raison à ceux qui prônent pour plus de prudence, plus de bon sens et moins de luxe et de lucre.

 

 

13/10/2011

100'000 habitants de plus, coûtera aux communes 5 milliards de francs !

Inutile de chercher ce  chiffre exorbitant dans le futur plan directeur cantonal 2030. La volonté affirmée de construire  +50'000 logements pour accueillir + 100'000 habitants n'est accompagnée d'aucun montage financier. Aux communes de se débrouiller, une fois le plan adopté, pour financer les infrastructures impliquées.

Lors d'un débat très instructif organisé le 12 octobre par l'Association de Sauvegarde de Confignon, le maire de Bernex a soupiré que le développement de sa commune était « inéluctable » dès lors que le tram et l'autoroute en font un pôle de prédilection. Les constructions se feront principalement sur de la zone agricole et les infrastructures induites coûteront 0,5 milliard à Bernex, le coût de 1'000 logements revenant à 100 millions.

Pour sa part, le maire de Confignon a rappelé que les infrastructures communales qui accompagneront la future zone industrielle des Cherpines coûteront à elles seules 125 millions, et que la commune n'avait dès lors pas l'argent permettant d'assumer en plus toute la densification prévue par le nouveau plan directeur.

Résignés, les 2 élus ont rappelé que les communes  n'avaient aucun pouvoir car l'adoption du Plan directeur, revenait au seul Grand Conseil.

S'il est vrai que le pouvoir en aménagement du territoire est cantonal, j'ose prétendre que si les conseils municipaux de toutes  les communes urbaines et suburbaines touchées par la densification à outrance préconisée par le Plan directeur 2030, refusent le projet présenté, le signal devrait être suffisamment clair pour que le Grand Conseil, refuse à son tour un projet qui n'aurait pas évolué suite au NON des communes vers un projet plus raisonnable et plus respectueux des habitants.

Eh oui, j'ai la naïveté de croire en la démocratie directe. En ces temps d'élection, Chers Elus, n'oubliez pas que vous représentez les habitants de votre commune, écoutez-les et battez-vous pour défendre leurs intérêts !

 

19/11/2009

En 2011, le MCG va cartonner dans les communes

Le MCG est le premier parti à sortir des urnes lors des votations du Conseil d'Etat dans toutes les communes suburbaines qui connaissent des problèmes de sécurité, et dans les communes qui voient défiler aux heures de pointes les frontaliers. Ces deux problèmes ne sont pas juste des slogans de campagne que l'on peut snober après les élections. La droite qui a gagné les élections le 15 décembre aurait tort de l'oublier. Malheureusement aucun des candidats s'intéressant réellement à la justice et à la police n'a été élu, et aucun des élus ne s'intéresse à prendre à coeur, au sérieux et avec poigne ce département de Justice et Police (dit des Institutions). C'est offrir une voie/x royale à la rue. Si le gouvernement élu oublie les préoccupations de la rue, la rue, elle, s'en rappellera en 2011.

09:00 Publié dans Politique | Tags : udc, mcg, communes, votations | Lien permanent | Commentaires (2)