23/07/2012

L'aménagement est notre affaire !

Ce titre, quelque peu provocateur, s'inspire de celui d'un ouvrage majeur de Denis de Rougemont, "L'avenir est notre affaire", publié il y a maintenant 35 ans et qui reste d'une actualité brûlante au vu des enjeux actuels, que ce soit en matière économique, écologique, de développement des Cités, d'engagement civique ou de gouvernance. Je ne peux que vous en recommander la lecture (ou la relecture) à la faveur de l'été.

Je me permets de me référer à ce grand penseur visionnaire pour étayer quelques réflexions de portée plus générale sur l'aménagement du territoire et la gouvernance de notre Cité. Elles me semblent d'autant plus importantes après la conférence de presse du 19 juillet concernant le développement futur du secteur de Challendin à Chêne-Bougeries. La manière dont le département de l'urbanisme a traité ce dossier est un cas d'école de ce qu'il ne faut pas faire. Plus qu'une erreur, c'est une faute ! Et nous en payerons très cher les conséquences, si nous ne sommes pas capables de déceler les fautes fondamentales qui y ont été faites. Il n'est par contre pas trop tard pour en prendre conscience et changer de cap.

Au-delà d'une discussion sur le nombre de logements à construire ou sur taux de densification acceptable, c'est la méthode qui est fausse, celle qui consiste à imposer par le haut, avec le total déni de la volonté populaire qui s'est exprimée dans les urnes, plutôt que de chercher la concertation quand elle est possible, désirée et commencée. Un projet voulu, porté, soutenu, validé par les parties prenantes, sera toujours un projet meilleur qu'un projet imposé par une agence d'urbanisme extérieure, un service cantonal d'aménagement du territoire ou un ministère chargé du "Plan". Ceci non pas parce que ses qualités intrinsèques seraient forcément meilleures, mais parce que serait "leur" projet, celui qu'ils veulent voir se réaliser et vivre au jour le jour dans la durée, s'engageant ainsi pour faire progresser et vivre la Cité. C'est la nature même du réel engagement politique, au-delà de toute question de parti, le seul véritable engagement civique qui compte. Et c'est cela que le Conseil d'Etat a balayé d'un revers de main, comme quantité négligeable !

Denis de Rougemont ne dit pas autre chose lorsqu'il oppose deux manières fondamentalement différentes de gouverner. Il y a d'un côté, celle de Jean Bodin ("La république", 1576), pour qui "la pleine souveraineté appartient au monarque, à qui le peuple a fait abandon, une fois pour toutes et sans condition". Cette conception est celle qui consiste, par les moyens utilisés, à "contraindre, forcer, interdire" et a été parfaitement traduite par Georges Pompidou : "gouverner, c'est contraindre". Il résumait en cela la pensée dominante des grandes écoles françaises "Contraindre les individus à se plier à des règles, dont chacune à tout moment, va contre l'intérêt immédiat de tel ou tel. ... Gouverner, c'est en somme conduire les hommes collectivement dans des voies et vers des objectifs qui ne leur sont ni naturels, ni clairement perceptibles, ni conformes à leurs aspirations immédiates". Clairement, c'est bien le style de gouvernance choisi par notre Conseil d'Etat dans ce dossier ...

Mais ce n'est pas le seul possible, il y a aussi celui d'Althusius (1557-1638), où "la souveraineté résidera toujours dans le peuple, et ne sera déléguée au prince ou au Conseil, et sous conditions révocables, que pour certaines tâches limitées, définies dans leur dimensions." Ici, les moyens utilisés sont tout autres, il s'agit de "favoriser, orienter, promouvoir". C'est la promotion de la démocratie et de la participation au niveau le plus bas possible (quartier, commune), le seul où l'individu peut encore se reconnaître et s'impliquer pleinement, car il en perçoit clairement les conséquences concrètes qui vont modeler sa vie de demain. Denis de Rougemont posait la question "Il s'agit de de savoir comment, au-delà des entassements de solitaires urbains, nous pourrons reformer des espaces civiques, des groupes et un climat qui permette l'exercice de nos responsabilités, donc de nos libertés personnelles". A Challendin, c'est exactement un tel mécanisme qui a été étouffé dans l'oeuf, puisqu'il avait le malheur de remettre en cause la vision des "experts" et de l'Etat. Pour quelques mètres carrés bétonnés, c'est notre liberté que l'on assassine !

"Althusius contre Jean Bodin, c'est la personne libre et responsable contre l'individu assujetti à l'arbitraire d'un prince .... Althusius, c'est aussi la société fondée sur l'homme, contre l'Etat dressé hors de l'homme, face à lui" nous rappelle de Rougemont. Personnellement, mon choix est clair et le sera toujours : L'avenir, l'aménagement est notre affaire, et seulement accessoirement celle de l'Etat. Je me plais à espérer que notre Conseil d'Etat puisse aussi revenir à une vision humaniste et non pas technocratique du développement de notre Cité, celle de la qualité (de vie) et non pas celle de la quantité (de LUP) ...

La cause des blocages en matière d'aménagement du territoire dans notre canton ne vient donc pas de l'existence d'intérêts divers, parfois contradictoires et en opposition, mais de la méthode choisie pour gouverner et aménager. Les intérêts des uns et des autres seront toujours présents et légitimes, ils ne peuvent être niés. C'est donc la méthode qu'il s'agit de réformer, ce que la Constituante avait aussi pour mission de faire ... pour finalement avouer son impuissance dans ce domaine (et d'autres ...).

Je plaide donc pour une réforme profonde des compétences en matière d'aménagement du territoire, pour sortir des blocages stériles par l'implication des acteurs au bon niveau. Concrètement, il s'agit de redistribuer les compétences entre le canton et les communes, voire l'agglomération transfrontalière (mais là, le pouvoir de décision ne nous appartient plus que partiellement ...) :

 

  • le canton doit clairement rester le garant de la vision globale, de la "grande image", avec le plan directeur cantonal (ou plan directeur d'agglomération transfrontalier, autorisons-nous à rêver ...). C'est la seule manière de garantir la cohérence de l'aménagement, mais sa compétence devrait s'arrêter avec les grandes options, la fixation des priorités et le déclassement des terrains. Ici déjà, un mécanisme de consultation démocratique plus important qu'actuellement est indispensable (comme par exemple la possibilité d'un référendum facultatif et donc d'un choix final du peuple);
  • les communes doivent être en charge de l'aménagement local (plan directeur communal mais surtout plans directeurs de quartier, plans localisés de quartier, etc.) en y impliquant tous les acteurs concernés, mais avec des règles du jeu claires et respectées par tous les acteurs (canton compris !). Et tant pis (ou tant mieux !) si la vision qui en ressort n'est pas forcément celle des experts urbanistes ou celle de la densification maximale !

Alors peut-être, lorsque les visions seront créées et partagées au niveau local, et non pas imposées par le haut, nous pourrons avancer réellement en matière d'aménagement du territoire, pour les Genevois et non pas contre eux. Pour une Cité à échelle humaine et non pas aliénante. Pour un avenir dicté par notre volonté et pas par des projections de chiffres donnés à tort comme inéluctables (les années 60 tenaient pour incontournable la Genève de 800'000 habitants en l'an 2000, dans les faits nous avons péniblement dépassé les 400'000 à cette date ...). Denis de Rougemont nous appelle à prendre notre destin en main, pas à le subir : "L'avenir dépend de nos passions, pas de nos calculs ... Ce qui va se passer dans le monde s'annonce au cœur de l'homme et peut s'y lire d'abord, car c'est là que l'Histoire se noue". Entendons-le, il est encore temps !

Avec le projet de Challendin à Chêne-Bougeries, le Conseil d'Etat a donné un grand coup de canif dans le pacte du fédéralisme, qui commence avec les communes et le respect que le canton leur doit, surtout quand elles s'expriment par une votation populaire, puis de la même manière entre les cantons et la Confédération. Dans ce pays, et c'est bien ainsi, on ne réalise rien de bon (voir rien du tout !) sans l'accord et l'appui du niveau le plus bas.

Décidemment, oui, l'aménagement est notre affaire, à tous !

Source des citations : "L'avenir est notre affaire", Denis de Rougemont, éditions Stock, 1977, 376 pages.

 

18/06/2012

Stauffer, premier à Vernier

Stauffer sort premier dans les communes suburbaines, le Conseil d'Etat ferait bien de se demander pourquoi. A titre personnel, je pense que nous lui donnons notre voix, car le Conseil d'Etat ignore la nôtre.

Les habitants de Vernier, Onex, Meyrin, Lancy ne se reconnaissent plus dans les partis de l'Entente ou de l'Alliance rose-verte et se rallient aux seuls partis qui les défendent tant au niveau communal que cantonal, l'UDC et le MCG.

A Pierre Maudet de relever le défi en matière de sécurité et de qualité de vie, et à François Longchamp de poursuivre ce qu'il a initié en matière de logement et d'aménagement. Genève a besoin d'un gouvernement non partisan, oeuvrant d'abord pour ses habitants.

26/02/2012

Les loups ... sont entrés dans Genève ... (Post Lucem Tenebrae)

Bubulle .jpgIl m'arrive à moi, Zébulon, petit hérisson en peluche et néanmoins intéressé par la politique genevoise, de reprendre la parole à Christina Meissner sur ce blog. Cela ne m'arrive pas très souvent, mais en général, c'est quand il y a véritablement raison de s'offusquer (je sais, il paraît que s'indigner est plus tendance, mais bon ...).

Cela m'avais déjà pris entre l'élection du Grand Conseil et l'élection du Conseil d'Etat, j'y dénonçais un risque de retour au temps des passions, vieux démon de la politique genevoise de l'entre-deux guerres dont personne n'a à être fier :

Manifestement, mon appel humoristique à dépassionner le débat n'aura duré que le temps d'une hibernation de hérisson. Les vieux démons (et d'autres ...) se réveillent depuis le début de l'année (au petit matin le 1er janvier, dans le secteur de la Jonction, si mes informations hérissonnes et polissonnes sont correctes. ...).

Vendredi soir, les bornes de la décence et de l'irrespect ont été à nouveau largement dépassées lors des débats parlementaires du Grand Conseil genevois. Au-delà de la tempête dans un verre d'eau créée par le lamentable incident entre Eric Stauffer et Pierre Weiss, une seule et vraie question se pose : comment la République et canton de Piogre a-t-elle réussi à tomber si bas en matière de fonctionnement démocratique ? Et surtout, comment  peut-on espérer la voir remonter la pente ?

Lorsque la haine de l'autre, les insultes et les coups se substituent au respect de son interlocuteur, au débat démocratique et à la nécessaire confrontation des idées, le chaos est proche. C'est une ambiance de fin de règne qui prévalait vendredi soir dans notre parlement, en direct sur le net et sur la télévision

Lamentable spectacle, qui ne redonnera pas confiance au citoyen dans ses institutions et encore moins dans la capacité de ses élus à régler les vrais défis de notre temps. De l'économie au logement, en passant par la sécurité et l'éducation, ce n'est pourtant pas le travail qui manque !

La raison de tout cela ? Peut-être est-elle simplement décrite dans la première strophe d'une ancienne et célèbre chanson de Serge Reggiani : « les loups .... », dont les paroles complètes sont en pied de ce blog. (Pour la chanson originale de Serge Reggiani sur le site de l'INA )

Ah oui ... l'embouteillage est un hasard, toute ressemblance avec une situation connue à Genève ne serait que pure coïncidence ...

Pour un ajout à l'exhortation

Manifestement l'exhortation faite par le président du parlement au début de chaque séance, n'est plus suffisante pour que les travaux du Grand Conseil se déroulent avec la sérénité et le sérieux voulus : « Mesdames et Messieurs les députés, prenons la résolution de remplir consciencieusement notre mandat et de faire servir nos travaux au bien de la patrie qui nous a confié ses destinées. »

En conséquence, moi, Zébulon, hérisson en peluche sans droit de vote mais culotté quand même, propose que l'exhortation de début de séance soit complétée lors de la prochaine cession par le chant en cœur par tous les députés de la chanson de Reggiani. Moins de 5 minutes qui peuvent faire gagner beaucoup de temps si cela peut servir à la prise de conscience de l'intérêt général.

respect.pngEt pour terminer, je souhaite plein de courage à  toute l'équipe du Respect, elle a encore beaucoup de travail devant elle ... Sa prochaine action pourrait être de fournir un pull ou T-shirt « Le respect, ça change la vie » à chaque député. Je suis sûr que Christina fera une proposition pour que tous les députés le portent lors de la prochaine cession ... Cela les obligera à se regarder différemment et à réfléchir avant de parler et d'agir ...  pour une fois.

Je retourne me mettre en boule ...

Zébulon, hérisson indigné.

 

 

 

Les loups sont entrés dans Paris

 

Les hommes avaient perdu le goût

De vivre, et se foutaient de tout

Leurs mères, leurs frangins, leurs nanas

Pour eux c'était qu'du cinéma

Le ciel redevenait sauvage,

Le béton bouffait l'paysage... alors

 

Les loups, ououh! ououououh!

Les loups étaient loin de Paris

En Croatie, en Germanie

Les loups étaient loin de Paris

J'aimais ton rire, charmante Elvire

Les loups étaient loin de Paris.

 

Mais ça fait cinquante lieues

Dans une nuit à queue leu leu

Dès que ça flaire une ripaille

De morts sur un champ de bataille

Dès que la peur hante les rues

Les loups s'en viennent la nuit venue... alors

 

Les loups, ououh! ououououh!

Les loups ont regardé vers Paris

De Croatie, de Germanie

Les loups ont regardé vers Paris

Tu peux sourire, charmante Elvire

Les loups regardent vers Paris.

 

Et v'là qu'il fit un rude hiver

Cent congestions en fait divers

Volets clos, on claquait des dents

Même dans les beaux arrondissements

Et personne n'osait plus le soir

Affronter la neige des boulevards... alors

 

Des loups ououh! ououououh!

Des loups sont entrés dans Paris

L'un par Issy, l'autre par Ivry

Deux loups sont entrés dans Paris

Ah tu peux rire, charmante Elvire

Deux loups sont entrés dans Paris.

 

Le premier n'avait plus qu'un œil

C'était un vieux mâle de Krivoï

Il installa ses dix femelles

Dans le maigre square de Grenelle

Et nourrit ses deux cents petits

Avec les enfants de Passy... alors

 

Cent loups, ououh! ououououh!

Cent loups sont entrés dans Paris

Soit par Issy, soit par Ivry

Cent loups sont entrés dans Paris

Cessez de rire, charmante Elvire

Cent loups sont entrés dans Paris.

 

Le deuxième n'avait que trois pattes

C'était un loup gris des Carpates

Qu'on appelait Carêm'-Prenant

Il fit faire gras à ses enfants

Et leur offrit six ministères

Et tous les gardiens des fourrières... alors

 

Les loups ououh! ououououh!

Les loups ont envahi Paris

Soit par Issy, soit par Ivry

Les loups ont envahi Paris

Cessez de rire, charmante Elvire

Les loups ont envahi Paris.

 

Attirés par l'odeur du sang

Il en vint des mille et des cents

Faire carouss', liesse et bombance

Dans ce foutu pays de France

Jusqu'à c'que les hommes aient retrouvé

L'amour et la fraternité.... alors

 

Les loups ououh! ououououh!

Les loups sont sortis de Paris

Soit par Issy, soit par Ivry

Les loups sont sortis de Paris

Tu peux sourire, charmante Elvire

Les loups sont sortis de Paris

J'aime ton rire, charmante Elvire

Les loups sont sortis de Paris...

 

24/02/2011

Assistants administratifs pour la police ou pour le Conseil d'Etat ?

Qu'il s'agisse de sécurité  ou de logement, force est de constater que qui que soit l'auteur des courriers adressés au Conseil d'Etat ou Conseillers d'Etat, les réponses se font attendre. Notre gouvernement est-il si sûr de ses prérogatives, de ses solutions, de ses décisions qu'il n'ait plus besoin de répondre aux problèmes bien réels des citoyens ? A l'ère de la communication, le dialogue, le vrai, est plus que jamais indispensable dans une démocratite directe. Il fait défaut, c'est regrettable.