13/07/2011

La Suisse ne peut pas accueillir toute l'Europe

L'euro se casse la figure, les européens (personnes morales et physiques) cachent leurs économies en Suisse. Leurs gouvernements les traquent pour évasion fiscale, les européens se réfugient en Suisse. On ne saurait leur en vouloir, à leur place, nous ferions de même. Mais la Suisse ne peut pas accueillir toute la population européenne sans mettre en péril toute la population du pays, étrangers réfugiés compris ! Car l'Europe toujours plus exsangue, au lieu de régler ses problèmes à l'interne, préfère chercher des noises à autrui et l'argent là où il se trouve, en Suisse.

L'UDC peut se réjouir, enfin tout le monde s'accorde pour reconnaître ce qu'il y a 10 ans elle était seule à prédire: la libre circulation des personnes a entraîné une forte immigration, une pression sur les logements, sur les emplois et sur les salaires. Maigre consolation, car personne n'ose remettre en cause, l'immigration.

Au contraire, à l'exception de l'UDC et d'Ecopop, les politiques s'accordent pour ne surtout pas remettre en question l'immigration. Pour répondre à la pénurie de logements causée par les nouveaux arrivants, parti libéral-radical en tête, propose d'accélerer les déclassements, densifier partout, construire en ville, construire sur la zone villa, construire sur la zone agricole. Et il n'y a guère que les politiciens (bien logés pour pas cher...) pour prétendre que le logement que l'on construit sera pour les genevois. Dernier exemple en date, la villa du 9 rue Amiel, rasée pour accueillir de la PPE de haut standing (1 million de francs le 3 pièces). Pour des genevois ? Certainement pas, car les privilégier dans la construction et dans l'attribution du logement, serait bien sûr discriminatoire.

Parler de préférence nationale est devenu politiquement incorrect. Mais créer 4'000 emplois par année alors que le marché du logement ne le permet pas, et construire toujours plus cher, ça c'est porteur et ça rapporte ! A ce propos lire le blog de mon collègue député Edouard Cuendet

Avenir-Suisse reste persuadé que "les bénéfices de l'immigration dépassent largement les coûts" et propose de densifier l'habitat plutôt que de freiner l'immigration. Sans aucun doute les promoteurs et autres accros à la haute finance y trouveront leur compte mais le genevois "moyen" lui, cherchera encore longtemps ces fameux bénéfices. Il ne trouve plus de logement décent, ou s'en fait éjecter, et aujourd'hui on lui demande gentiment de travailler plus pour gagner moins !

Profitons de l'été dans la zone euro, la rentrée sera rude, très rude...


28/01/2011

L'immigration fait flamber le prix du logement

Heureusement qu'il y a des études pour confirmer la réalité qui crève les yeux... (et que la désormais non publication du prix des transactions immobilières ne nous permettra plus d'y voir clair...)

Chaque pourcent de plus dans le nombre arrivants causerait jusqu'à 3,5% de hausse sur le prix des appartements, (voir la Tribune de Genève du 12 janvier 2011). Ainsi, au cours des dix dernières années, l'immigration a causé l'inflation de plus de 25% du prix de vente de logements. Les revenus de ceux qui arrivent étant supérieurs  à ceux des habitants, ces derniers se voient contraints, s'ils souhaitent devenir propriétaires, d'émigrer en France voisine (aujourd'hui 8/10 villas acquises à Genève le sont par des expats). C'est totalement inacceptable et tout le monde s'accorde pour le dire mais que faire ?

La solution prônée par les défenseurs des locataires et les promoteurs immobiliers : construire davantage.

A poursuivre le bétonnage du territoire sans agir sur le flux migratoire, une chose est certaine, on finira dans le mur !

La superficie de notre canton n'étant pas extensible, il me semblerait plus raisonnable d'avoir le courage de dire stop à l'immigration incontrôlée ? Mais c'est sans doute trop populiste et moins lucratif et donc indéfendable par tout autre parti que l'UDC.

C'est pourquoi  le 27 janvier, j'ai déposé 6 interpellations urgentes appelant le Conseil d'Etat à nous dire:

  • Comment compte-t-il sauvegarder les intérêts de la classe moyenne genevoise face à la spirale haussière des prix du logement résultant de l'important solde migratoire positif ?
  • Combien de collaborateurs les entreprises nouvellement implantées à Genève ont-elles fait immigrer avec elles nouvellement implantées à Genève depuis le 1er janvier 2009 ?
  • Combien d'employés locaux ont étés recrutés par les entreprises nouvellement implantées dans le canton de Genève depuis le 1er janvier 2009?
  • Le nombre de biens immobiliers et leur valeur consolidée que les collaborateurs et dirigeants étrangers d'entreprises implantées à Genève après le 1er janvier 2009 ont acquis dans notre canton, notamment en dérogation à la LFAIE?
  • Quelle promotion économique et quel soutien  a-t-il apporté aux PME locales pour favoriser le déveveloppement endogène ?
  • Quel chiffres d'affaire et bénéfice avaient réalisés les entreprises nouvellement implantées à Genève depuis le 1er janvier 2009 ?

 

 

11:59 Publié dans Politique | Tags : logement, immigration | Lien permanent | Commentaires (4)