23/03/2010

Délocalisons l'incarcératiom

Notre canton frontière, qui plus est, riche, attise les convoitises comme l'actualité des brigandages, braquages et cambriolages en tout genre ne cessent de le démontrer. Les peines encourrues, en cas d'arrestation, et nos prisons même surpeuplées  sont moins dures, beaucoup moins dures que dans la plupart des autres pays. Tant qu'à risquer l'arrestation, autant que ce soit ici plutôt qu'ailleurs... ce n'est pas demain la veille que Champ Dollon désemplira. Pour devenir moins "attractif" il est donc indispensable de durcir le code pénal au niveau fédéral, et j'appelle nos parlementaires nationaux à travailler rapidement dans ce sens pour soulager Genève. Mais combien de temps faudra-t-il pour ce changement législatif ? Et pour ce qui est des structures d'incarcération, oui, il faut en construire davantage, mais on sait à quel point la construction est un processus lent et complexe à Genève.

En attendant, ne pourrait-on pas utiliser pour les personnes jugées, les infrastructures disponibles ailleurs en Suisse (Tessin, Valais) et pourquoi pas, même au delà de nos frontières nationales. Quant on sait ce que coûte un détenu à Genève, où il faut 1 surveillant pour 2 détenus, on aurait tout avantage à passer des accords  avec d'autres pays pour désengorger nos prisons et par la même occasion, rendre ainsi le séjour potentiel  certainememt moins "agréable".