03/08/2012

Pathé Balexert, pour qui roule le parti socialiste ?

Le 26 juin 2012, la majorité rose-verte du Conseil municipal a fait passer la résolution socialiste R207-12.06 « Cinéma Pathé Balexert, pas d'entreprise voyou sur Vernier ! »  Les autres partis s'y sont opposés car en l'absence de preuves de pratiques illégales, et sans qu'une sollicitation quelconque nous soit parvenue de la part  des employés, notre Conseil municipal, pas plus d'ailleurs que notre Conseiller administratif, n'avait pas à s'immiscer dans des affaires internes de l'entreprise Pathé comme le demandait la résolution. En tentant d'imposer la reconnaissance du syndicat Unia et la conclusion d'une convention collective de travail, notre Conseil municipal a dépassé clairement son mandat politique pour favoriser le business d'un syndicat, Unia. A la lumière des informations reçues notamment de l'entreprise elle-même, l'UDC a donc demandé au Conseil municipal de Vernier de revenir sur sa décision en présentant une résolution annulant la précédente et ses propos diffamatoires.

Pour plus de détails, voir la résolution de l'UDC

 

 

23/06/2010

La belgitude nous guette

« On ne peut plus continuer comme ça. Le pays est bloqué depuis 3 ans. Les partis traditionnels ne se mettent d’accord sur rien…. Ce que nous voulons, c’est une Belgique qui fonctionne. » De tels propos, on peut les entendre aussi dans les rues de notre pays.

Les membres du Conseil fédéral parlent-ils encore ensemble ? Ont-ils encore une vision politique commune  ou une vision politique tout court ? Et les partis, savent-ils encore faire autre chose que d’attiser le feu ?  La victoire du N-VA, parti autonomiste flamand et les réflexions belges devraient nous faire réfléchir.

Au risque démenti de scission du pays qui depuis trop longtemps s’entredéchire et se cherche une identité nationale (mais qui croit encore aux démentis ?) d’autres opposent une opportunité de mettre enfin tous les politiques face à leurs obligations. Et d’imaginer même une coalition des extrêmes (N-VA et PS) rendue inévitable par le vote sanction du peuple. (mais qui croit encore à la coalition UDC et PS après le fiasco du vote sur l'UBS ?  Voir commentaire ci-dessous)

Ici aussi les politiques, trop occupés à se chercher des noises, oublient que le peuple les a élu afin qu’ils trouvent des solutions aux problèmes de logement, d’emploi, de transport, de sécurité, d’intégration, de qualité de vie, etc. Montrons-nous capables d’écouter l’autre, de communiquer et de travailler ensemble pour le meilleur et non pas pour le pire. Il est urgent d’éviter la belgitude.

 

Le fiasco du vote sur l'UBS

La Confédération se tient à disposition des autorités fiscales américaines pour examiner et traiter de demandes administratives complémentaires « si ces demandes se fondent sur un ensemble de circonstances et de faits équivalents à ceux de l’UBS. » Vous l'avez deviné, cet extrait est tiré de l’accord UBS/Etats-Unis signé par la Suisse. La suite est donc annoncée par les Etats-Unis. Inutile d’être devin pour s’imaginer que bien d’autres pays, ne manqueront pas de s’engouffrer dans la brèche ouverte et acceptée par le Conseil national la semaine passée. Les Etats Unis et l’UBS ont gagné à cause de l’abstention de l’UDC. Le parti du peuple s’inclinant devant la grande finance ? Le parti de l’indépendance de la Suisse, s’inclinant devant une puissance étrangère ? Où est la fière et insoumise UDC qui seule contre tous se battait contre l’adhésion à l’Europe ? On nous prédisait alors un avenir encore bien plus sombre qu’en cas de refus de l’accord avec les Etats-Unis. Mais l’UDC a cru en la Suisse et ne s’est pas laissé impressionner, le peuple l’a suivi et la Suisse a vécu depuis 1992 dans la prospérité.

Aujourd’hui, l’UDC a plié, face aux pressions et à la logique froide de la finance. Elle, le parti du peuple, ne l’a pas écouté et n’a même pas voulu que ce dernier s’exprime.

La droite portera la responsabilité de cet accord et l’UDC avec, à l’exception remarquable de quelques courageux collègues qui ne se sont pas laissés impressionner, qui ont refusé de retourner leur veste face au diktat zurichois, et qui ont voté non avec… les socialistes.

25/01/2010

Flirt du PS, un jeu dangereux pour les associations

Il y a toujours eu des politiciens proches voire même membres actifs d'associations, mais de là à ce que ce soit les associations qui fassent de la politique, il y a un fossé qu'il ne faudrait pas que ces dernières franchissent. Ce qui renforce la crédibilité des associations pour ceux qui soutiennent les causes qu'elles défendent, c'est justement d'être apolitiques. En flirtant avec le PS, les associations risquent de perdre des membres sans que le PS n'en gagne, sans compter le risque de perdre les subventions qu'elles touchent des collectivités publiques.

25/10/2009

Au secours, Zébulon crée le MHG !

Moi, Zébulon, hérisson en peluche et propriétaire de ce blog, je reprend possession de mon blog.

Il a été utilisé pendant la campagne du Grand Conseil par Chrisitina Meissner, comme d'habitude, maintenant c'est mon tour !

 

En grand observateur de la politique genevoise (malgré ma petite taille), j'ai constaté que cette campagne électorale avait été beaucoup trop sérieuse et beaucoup trop passionnée (nous ne sommes pas encore retournés au "temps des passions", dans les années 30, mais on s'en approche dangereusement). Il est urgent de dépassionner le débat et de souffler un peu, sans se prendre plus au sérieux que nécessaire, avant que le nouveau Grand Conseil ne siège.

Comme j'ai compris tous les mécanismes de la vie politique genevoise,  je lance donc mon mouvement politique, couvrant l'ensemble du bassin transfrontalier franco-genevois  : le MHG, mouvement des hérissons genevois.

DSC05902.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On a beaucoup réfléchi à notre programme. Comme à Genève il faut faire simple pour être élu, on a décidé qu'il serait en trois points :

_____________

Le programme du MHG
(mouvement des hérissons genevois)

1
Se mettre en boule et laisser braire !

2
Régler définitivement les problèmes de trafic à Genève en interdisant les voitures.
La route aux hérissons !

3
Halte à la spéculation.
Pour un tarif de la limace abordable !

_____________

 

 

Bon, pour l'instant, nous ne sommes que deux p'tits hérissons en peluche, mais vous pouvez nous rejoindre.

Télécharger notre flyer : programme MHG.pdf

Votez pour moi, je vais bien finir par être élu à quelque chose !

Zébulon, hérisson frippon

 

21/10/2009

Office du tourisme ou république bananière ?

A propos de l’article « François Bryand s’occupera du concept touristique de 2015 » Tribune de Genève du 21 octobre 2009.
Objectifs, travail et budget sont indissociables. A force de rechercher les économies sous le seul angle budgétaire on en oublie que le travail se fait par des personnes que l’on engage pour leur compétence à atteindre des objectifs fixés.
Un bel exemple est celui de l’office du tourisme dont la direction ne s’intéresse qu’aux évènements majeurs,  et ne « vend » Genève que sous l’angle du jet d’eau, à l’ombre du mur des réformateurs. Cela fait des années que des voix s’élèvent pour rappeler qu’au delà de la ville de congrès, notre canton est doté d’une campagne d’une beauté au moins équivalente à celle de la rade,  que tous les touristes ne viennent pas de loin et ne se déplacent pas qu’en masse, qu’il faut développer l’offre au profit des familles en diversifiant et en valorisant le tourisme vert de proximité. Produits du terroir, dégustation-vente à la ferme, promenades didactiques à la découverte de la nature ou des cultures, circuits à pied, à vélo, à cheval ou en âne, visites de fabriques emblématiques aux noms prestigieux, tout est là pour étoffer l’offre, sauf la volonté de le faire.
Une fiduciaire Berney&Associés mandatée par Genève tourisme pour analyser l’organisation de Genève tourisme, a fait part de ses critiques et émis des recommandations. Genève tourisme n’ayant pas les moyens financiers pour mettre en oeuvre « la vision du tourisme souhaitée pour Genève à l’horizon 2015 » c’est… la fiduciaire qui est sollicitée et qui mandate… le directeur démissionnaire de Genève tourisme pour faire le boulot ?!
Il n’est pas acceptable que des gens soient mandatés pour faire le travail qu’ils n’ont pas fait avant alors qu’iles étaient payés pour le faire. Avec de telles pratiques, ne nous étonnons pas si des citoyens optent pour des votes de contestation dans ce canton.

23:49 Publié dans Politique | Tags : tourisme, politique | Lien permanent | Commentaires (1)